Publié le 7 Septembre 2022

Sans surprise, la macronie a étendu sa majorité à droite et pire elle s’associe à l’extrême droite contre des hausses de salaires. Sous couvert de « mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat », le gouvernement a fait adopter deux lois qui non seulement ne répondent en rien aux besoins qu’expriment la majorité des salariés mais dénaturent notre système de protection sociale et le droit du travail.

Depuis plusieurs mois la CGT alerte sur la faiblesse des salaires, des pensions et des minima sociaux et de nombreux salariés se sont mobilisés pour gagner des augmentations de salaires, pour une vraie reconnaissance de leurs qualifications et de leur travail.

En choisissant délibérément de parler de pouvoir d’achat sans parler de salaires, le gouvernement choisit de pénaliser une énième fois les salariés les plus précaires et l’ensemble du monde du travail à travers le tassement des grilles vers le bas et l’affaiblissement du financement de notre système solidaire de sécurité sociale (75 milliards d’exonérations de cotisations sont offerts aux entreprises en 2022 !).

A travers ces choix ultralibéraux il participe activement à la dévalorisation des qualifications et pousse les salariés à faire d’autres choix de vie, de métiers.

Dans le même temps, les profits s’envolent, les richesses et les aides publiques sont captés par les plus riches. Ainsi, 70 milliards ont été versés aux actionnaires des entreprises du CAC 40 en 2021, un nouveau record !

Alors oui, fin de l’abondance pour le patronat et tous ceux qui ont profité de la crise et qui continuent la course infernale aux profits. Les travailleurs et travailleuses ne peuvent plus se contenter de miettes issues de leur production. Ils et elles aspirent légitimement à maitriser leur travail et le fruit de celui-ci.

Or les politiques menées creusent toujours plus les inégalités. C’est indécent pour le monde du travail seul producteur des richesses, ça ne peut plus durer !

Par exemple, les cadeaux fiscaux aux entreprises depuis le premier quinquennat représentent 21 milliards d’euros par an soit 3 fois le montant nécessaire pour éradiquer la grande pauvreté (7 milliards).

Les incendies de l’été, l’inaction du gouvernement sur le climat, mais aussi les conditions de la rentrée dans les crèches, les écoles, les transports…montrent l’agonie des services publics mais aussi leur nécessité. Il suffit de constater la mise à mort de l’hôpital public c’est pour ces raisons que la CGT se mobilisera le 22 septembre.

Alors que l’inflation et les prix des produits de première nécessité explosent, que les salaires baissent, que 12 millions de français sont déjà en précarité énergétique, le Gouvernement demande de nouveaux sacrifices aux travailleurs. Il menace d’une nouvelle réforme régressive de l’assurance chômage alors qu’un chômeur sur deux n’est déjà pas indemnisé, ainsi que de nouveaux reculs sur les retraites.

Ces choix ne permettent pas la revalorisation des métiers, il faut s’attaquer aux vraies causes que sont les mauvaises conditions de travail, la pénibilité et les bas salaires !

L’appel interprofessionnel du 29 septembre est une étape indispensable pour amplifier les luttes existantes et permettre à tous les travailleurs, privés d’emplois et retraités de se mobiliser ensemble pour l’augmentation des salaires, des pensions, l’augmentation du SMIC à 2000€, l’égalité femmes hommes et la reconnaissance des qualifications…

manifestations en Isère :
Grenoble départ 11h gare de Grenoble arrivée place de Verdun-préfecture
Roussillon : 10h place de la République

Voir les commentaires

Rédigé par CGT

Repost0

Publié le 15 Juin 2022

Les résultats des élections législatives témoignent de la crise politique profonde que traverse notre pays, notamment du rejet de la politique d’Emmanuel Macron. Face à cette crise de régime, l’enjeu du second tour est désormais l’élection de nombreux député·es de gauche et écologistes pour commencer à ouvrir un autre avenir à la France.

La bonne nouvelle de ce premier tour vient du résultat des candidat·es de la Nupes, et parmi eux des candidat·es communistes dans le prolongement de la campagne présidentielle de notre candidat Fabien Roussel qui arrive en tête dans sa circonscription.

L’alliance des partis soutenant le président de la République, avec 25,8 %, obtient le plus faible résultat pour une coalition présidentielle. Les Français·es ont ainsi sévèrement sanctionné le bilan des cinq années précédentes et affirmé leur opposition aux projets de régression sociale annoncés, tel le report de l’âge de départ en retraite à 65 ans.

Avec 52,49 %, l’abstention atteint un nouveau record historique pour ce scrutin : plus de 25 millions de nos concitoyennes et concitoyens se sont abstenu·es. Elle progresse donc de 10 points en dix ans. Une majorité du pays a ainsi exprimé sa rupture avec la représentation politique qui leur apparaît ne pas répondre à leurs attentes et à leurs besoins. C’est le résultat du rejet des politiques conduites par les pouvoirs successifs, singulièrement sous le quinquennat d’Emmanuel Macron, qui aura de surcroît tout fait pour minorer les enjeux de ce scrutin, aggravant encore la présidentialisation du régime qui mine notre démocratie et la dévitalisation du débat public.

Dimanche prochain, le président de la République peut et doit être mis en minorité à l’Assemblée nationale.

Avec 26,8%, la Nupes arrive en tête du scrutin.
Le PCF remercie les plus de 6 millions d’électrices et d’électeurs qui ont porté leurs voix sur les candidates et candidats de notre union.

C’est le résultat d’engagements partagés sur des mesures concrètes pour améliorer la vie des Français·es, tels l’augmentation du SMIC à 1 500 euros et des salaires ou encore la retraite à 60 ans, ainsi que de la richesse de la diversité des forces de notre coalition. Les Français·es viennent d’envoyer un message fort au président : ils ne veulent pas lui laisser cinq années de plus les mains libres pour poursuivre sa politique en faveur des plus riches et du capital.

Contrairement à ce qu’affirment le président et les dirigeants de son mouvement, l’arrivée de nombreux députés de gauche à l’Assemblée ne serait en rien le chaos mais bien un levier décisif pour sortir des difficultés actuelles, réparer la France des dégâts de leur politique et affronter les défis du siècle. Un tel changement nécessitera en outre une toute autre utilisation de l’argent et de nouveaux pouvoirs aux salarié·es.

Les 54 candidat·es communistes, avec nos camarades candidat·es en Corse, totalisent quant à eux 527 350 voix. Parmi eux, 32 sont qualifié·es au second tour. Nos députés sortants sont tous qualifiés et réalisent de très bons résultats qui témoignent de la reconnaissance de nos concitoyen·nes de leur action offensive à l’Assemblée pour obtenir des avancées concrètes tout au long du précédent quinquennat. Le PCF félicite l’ensemble de ses candidates et candidats et remercie les militantes et militants communistes et des autres forces de notre union pour ces résultats. Il appelle à la mobilisation maximale pour la réélection des députés sortants et le maximum de conquêtes.

Le bon résultat des candidates et candidats de la gauche unie est d’autant plus important que l’extrême droite voit, dans ce premier tour des législatives, renforcé son poids menaçant pour notre République. En obtenant 24 % et plus de 5,4 millions de voix, elle atteint son plus haut niveau pour un scrutin législatif depuis la Libération. Alors que plusieurs dizaines de ses candidat·es sont aux portes de l’Assemblée, tout doit être fait pour leur barrer la route.

Dans ces circonscriptions, le PCF appelle à utiliser les bulletins de vote qui permettront de les battre dimanche prochain. Et alors que le président de la République a été élu grâce aux voix de millions de Français·es qui ne voulaient pas de la candidate de l’extrême droite à l’Élysée, son refus à cette heure d’appeler clairement à battre les candidats de l’extrême droite est consternant et fait peser un grave danger sur le pays.

Dans cette situation d’une grande gravité pour la France, l’heure est à la mobilisation la plus large, dimanche prochain, pour confirmer et amplifier le résultat de ce premier tour, faire élire le maximum de député·es de gauche, et permettre l’élection d’une majorité de gauche à l’Assemblée nationale, avec en son sein un groupe de la Gauche démocrate et républicaine renforcé, avec de nombreux·ses député·es communistes et d’Outre-mer.

C’est possible si des millions d’hommes et de femmes qui se sont abstenu·es ce dimanche utilisent cette fois le bulletin Nupes pour s’assurer de la défaite des représentant·es du pouvoir en place.

C’est l’appel que lance le Parti communiste français aux électeurs et électrices de gauche, à la jeunesse, aux abstentionnistes : dans les jours qui viennent, élargissons encore l’influence de la gauche, en développant ensemble un projet ambitieux, à même de répondre aux aspirations populaires et du monde du travail et de la création, d’affronter les défis auxquels le pays et la planète se trouvent confrontés, de relever le défi de paix, de mettre fin à la toute-puissance du capital sur nos vies.

Le PCF appelle également à créer les conditions de la mobilisation populaire et sociale dès le lendemain du scrutin pour créer les conditions de nouvelles conquêtes sociales, écologistes et démocratiques. De nombreux député·es de gauche en métropole et en outre-mer, avec un plus grand nombre de député·es communistes et des luttes sociales puissantes seront déterminant·es pour agir pour les salaires, l’emploi, la justice sociale et permettre la prise du pouvoir sur l’argent et de nouveaux pouvoirs des citoyen·nes et des salarié·es.

Luttons, résistons et faisons demain advenir le temps des réformes heureuses pour notre peuple !

Michel Barrionuevo fait sienne cette déclaration du Comité Éxécutif National du Parti Communiste Français et appelle les sassenageoises et les sassenageois à voter massivement pour la NUPES représentée dans notre circonscription par Élisa Martin et Jérôme Dutroncy.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Barrionuevo

Repost0

Publié le 8 Mai 2022

Le vendredi 13 mai 2022 à 19 heures, Salle Ambroise Croizat,

Place du 8 février 1962 à Saint-Martin-d’Hères (Bus 14 arrêt Gay, Tram D arrêt Maison Communale) :

« Quelles sont les conditions d’un service public de l’énergie autour d’EDF ? »

Projection du film Main basse sur l’énergie de Gilles Balastre, suivie d’une conférence-débat co-animée par Cédric Thuderoz, coordinateur régional CGT-Énergie, et l’équipe des AMD de Grenoble.

Le documentaire produit par la fédération des mines et de l’énergie de la Confédération générale du travail (CGT) et par le site d’information critique Là-bas si j’y suis, dévoile les coulisses d’un hold-up sur l’énergie perpétré depuis plus de vingt ans. Dans un style parodique empruntant ses références à la série Les Incorruptibles, le film de Gilles Balbastre met en scène le « syndicat de la casse des services publics ».

Des représentants de grandes entreprises privées à l’allure de gangsters, interprétés par des comédiens amateurs, trinquent à la santé du ministre Nicolas Hulot, qui vient d’annoncer l’ouverture à la concurrence des barrages hydroélectriques.

Les mafieux de pacotille remercient aussi joyeusement M. Yves Cochet quand ce dernier oblige Électricité de France (EDF) à subventionner l’éolien privé, aux frais du contribuable. Champagne, encore, quand ils apprennent qu’EDF va devoir brader un quart de sa production nucléaire. « Je ne vois pas Michelin céder à prix coûtant 25 % de sa production à Pirelli ou Dunlop », peste M. Thierry Lacherez, (vrai) délégué syndical CGT chez Enedis, la filiale de distribution d’EDF.

Note de David Garcia, Le Monde diplomatique, juin 2019.

Voir les commentaires

Rédigé par Barrionuevo

Repost0

Publié le 8 Avril 2022

Depuis le choix acté à 82,36% des suffrages exprimés de la candidature de Fabien Roussel au cours de la consultation des communistes entre le 7 et le 9 mai 2021, comme beaucoup de militantes et militants, je me suis lancé dans la bataille.

Le premier axe était la défense de l’emploi, l’écriture du programme qui allait devenir celui de la France des Jours Heureux, en hommage au monde de la Résistance qui a écrit la première version avec notamment, la création de la Sécurité Sociale, les nationalisations, dans un pays détruit par la guerre.

Aujourd’hui, nous ne sommes plus dans les mêmes conditions et le peuple de France devrait pouvoir profiter des richesses créées, accaparées par seulement les plus fortunés.

La grande différence entre les deux époques, c’est l’affaiblissement du Parti communiste français. Lorsqu’il était la principale force politique du pays, le peuple par ses luttes et ses votes a obtenu de grandes conquêtes sociales, comme le vote des femmes, les congés payés, la Sécu, etc…

Ce dont nous avons besoin, ce n’est pas simplement de boucler les fins de mois avec des primes et virements énergie….

Fabien Roussel est bien le candidat du pouvoir d’achat avec un SMIC porté immédiatement à 1923€ Brut, ce qui équivaut à un net de 1500€ net (avec des cotisations utiles à la Sécu, l’emploi), un minimum de pension de retraite à 1200€, l’augmentation de 30% du point d’indice, l’égalité salariale Homme-Femme sur 1 an, pas à la Saint Glinglin…

Fabien Roussel est bien le candidat qui n’oppose pas la lutte des classes avec la fonte des glaces, en prévoyant de porter à 6% du PIB l’action pour la Planète. Son leitmotiv est : « quand la Planète brule, il ne faut pas vouloir éteindre l’incendie avec de petits seaux, il faut se donner les moyens ! »

Fabien Roussel est le seul candidat qui s’attaque à la fraude fiscale, se prononce pour le rétablissement et le triplement de l’ISF (impôt de solidarité sur la fortune), et propose pour aider les TPE, PME, artisans et commerçants, un prêt bancaire en taux négatif…

Fabien Roussel est le candidat qui propose de faire l’école à l’école, pour que chaque enfant soit sur le même pied d’égalité…

Nous voulons vivre dignement, cotiser à la Sécurité Sociale pour faire reculer la maladie, se soigner, disposer de pensions de retraite dès 60 ans, etc…

L’affaire McKinsey, le cabinet conseil du Président de la République et du gouvernement, n’aurait jamais éclaté sans la demande d’une commission d’enquête par les sénatrices et sénateurs du groupe communiste, républicain et citoyen et de sa Présidente Éliane Assassi. C’est dire l’utilité de disposer d’élu·e·s communistes.

Un déchainement orchestré par les forces de l’argent, pour détourner du vote Fabien Roussel a été mis en place sur l’idée du vote utile. Hier soir encore, à la salle Edmond Vigne de Fontaine d’Edouard Philippe, ancien Premier Ministre à Olivier Vérand, Ministre de la Santé d’Emmanuel Macron sont allés de leurs couplets qui se voulaient être l’écho du journaliste Jean-Michel Apathie déclamant : "Il va faire beaucoup de voix. C'est même lui qui va empêcher un autre candidat de faire un bon score"

Dimanche 10 avril, je serai assesseur dans un bureau de vote de ma commune et je vais voter pour l’espoir.

De mars 1977 à juin 2020, j’ai été un élu communiste (conseiller municipal, rapporteur ou adjoint au Maire) sur la commune de Sassenage.

Fabien Roussel dérange, il veut reconstruire la France par la base, il est le vote du porte-monnaie, de la bonne paie, le peuple a raison de lui faire confiance !

Le Nom, qui est inscrit sur le bulletin représente le meilleur vote efficace, celui de FABIEN ROUSSEL, il donnera de la force pour cette échéance, mais aussi pour demain. Ce sera le commencement d’actions et de luttes pour mettre en avant la France des Jours Heureux, la France du bonheur partagé.

Michel BARRIONUEVO

Voir les commentaires

Rédigé par Barrionuevo

Repost0

Publié le 24 Février 2022

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé dans la nuit le début d'une "opération militaire" russe en Ukraine. Nous condamnons cette grave décision dont les conséquences peuvent être incontrôlables.
Poutine prend ainsi la responsabilité du déclenchement de la guerre et de l'embrasement de l’ensemble de la région. L'Ukraine vient de décréter la loi martiale.
C'est un échec pour tous car la sécurité de l’Europe, de l’Ukraine et de la Russie sont indissociables.
Le président russe s'enfonce dans l'ultranationalisme et avec son gouvernement et ses soutiens, il porte la responsabilité militaire - au mépris absolu des instances multilatérales et du droit international - de cette guerre.
La responsabilité collective revient aussi à tous ceux qui ont nourri le feu de la confrontation aux portes de la Russie en laissant entendre que l’Ukraine pouvait intégrer l’OTAN.
Ce désastre pouvait être évité. L'histoire jugera ; dans l'immédiat, il est indispensable de protéger les populations civiles des deux côtés de la ligne de front.
Le terreau que cette guerre offre aux nationalistes, aux extrémistes de tous bords, en Russie, en Ukraine, en Europe, qui poussent à la guerre, à la haine, à la soif de vengeance est inquiétant.
La France ne peut pas prendre part à ce conflit, ni directement, ni indirectement par l'intermédiaire de livraisons d'armes.
La France trouvera des appuis en Europe et dans le monde pour engager sans délai, sous égide de l'ONU, une initiative paneuropéenne extraordinaire, en toute indépendance de l’OTAN et des États-Unis, pour remettre toutes les parties autour de la table de négociations.
Il est nécessaire de porter fermement l’offre d’une conférence européenne de coopération et de sécurité collective incluant la Russie, pour parvenir à un règlement politique du conflit sur la base du contenu des Accords de Minsk et des principes de sécurité collective.
Le PCF est solidaire de toutes les forces de paix, en Ukraine, en Russie et en Europe qui se lèvent contre la guerre. Nous prendrons toute notre place dans les initiatives pour la paix qui pourront être prises dans les prochains jours.
Fabien Roussel,
candidat à l'élection présidentielle,
Le
24 février 2022

Un rassemblement est organisé ce samedi 26 février, à 15h, Place Félix Poulat, à Grenoble.

Voir les commentaires

Rédigé par Fabien Roussel

Repost0

Publié le 21 Janvier 2022

Personne ne peut ignorer le contexte social et économique, les augmentations des produits de première nécessité, de l’énergie comme de l’alimentation et finalement du coût de la vie pour toutes et tous, jeunes, actifs, demandeurs d’emploi et retraités.
Personne n’ignore que seuls les salaires, les pensions et les aides et allocations continuent de stagner ou même de baisser au regard de l’inflation, de décrocher par rapport aux qualifications dans le privé comme dans le public.
Si, dans de certains secteurs et entreprises des mobilisations et des négociations ont permis d’obtenir des revalorisations de salaires, trop souvent encore les négociations sont au point mort ou les propositions des employeurs loin du compte.
Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UEG, MNL et UNL ne peuvents’en satisfaire et n’entendent pas en rester là !
Sans augmentation du point d’indice et du SMIC il n’y aura aucune avancée pour les salarié.e.s dont les mínima de branches sont actuellement en dessous du salaire de base minimum.
Les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UEG, MNL et UNL contestent dans le mêmetemps que le gouvernement ait maintenu sa réforme de l’assurance chômage qui aura pour conséquence d’enfermer de trop nombreux salariés dans des emplois à faible salaire, à temps partiel ou en CDD.
Les retraité.e.s très massivement mobilisé.e.s attendent toujours une réponse pour une augmentation immédiate de leur pension, retraite de base et retraite complémentaire, dont la dernière revalorisation a été plafonnée à un niveau très inférieur à l’inflation.
La jeunesse confrontée à une grande précarité de vie et de travail, à la pauvreté accentuée par la crise sanitaire, économique et sociale doit obtenir une réponse à l’encontre des réformes libérales, de l’éducation, de la formation, de l’assurance chômage décidées par le gouvernement.
Les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UEG, MNL et UNL soutiennent les actionset mobilisations organisées dans les jours et semaines qui viennent pour exiger des augmentations de salaires et défendre les emplois et conditions de travail et appellent à une mobilisation interprofessionnelle sur les salaires et l’emploi le jeudi 27 janvier 2022.
Il est urgent et indispensable d’agir toutes et tous ensemble par la grève et les manifestations pour l’augmentation immédiate de tous les salaires du privé comme du public, des allocations pour les jeunes en formation et en recherche d’emploi, ainsi que d’améliorer les pensions des retraité.e.s.

Manifestation le jeudi 27 janvier :
à Grenoble à 10H à la gare - Alsace-Lorraine

à Bourgoin à 10H place St Michel

Voir les commentaires

Rédigé par Barrionuevo

Repost0

Publié le 14 Novembre 2021

Organisé par la Section PCF  Fontaine rive gauche du Drac ce loto du dimanche 5 décembre 2021, se déroulera en conformité avec les obligations légales en vigueur.

L’entrée dans la salle Edmond Vigne, 23 rue des Alpes 38600 Fontaine est conditionnée à la présentation du « Pass Sanitaire » dès l’ouverture des portes à 13H.

Le « pass sanitaire » consiste en la présentation, numérique (via l’application TousAntiCovid) ou papier, d’une preuve sanitaire.

Sur place, pour vous restaurer :

  • sandwichs (jambon, saucisson, brie)
  • crêpes salées (jambon de porc ou de poulet, emmental)
  • Crêpes sucrées (sucre ou confitures)

    Buvette :

  • Eau minérale,  Perrier,
  • Bière, Cidre

     

  • Orangina, Ice Tea
  • Coca-Cola
  • Vin rouge, blanc
  • Café, thé, tisane
  • LOTS PRINCIPAUX mis en jeu :

  • Télévision écran plat HD LED 32″
  • Trottinette électrique 8 Pro Pneu increvable
  • Tablette tactile
  • Jambon Serrano bodega
  • Filets garnis
  • et de très nombreux autres lots de valeur
    Au total : 12 quines et 10 cartons pleins
  • SI VOUS VENEZ EN TRAM, prendre ligne A arrêt Charles Michels, remonter l’Avenue Ambroise Croizat , tourner à gauche rue Charles Michels et de nouveau à gauche rue des Alpes (environ 450m, 5 minutes de marche à pied).

Voir les commentaires

Rédigé par Barrionuevo

Repost0

Publié le 14 Octobre 2021

Invisible depuis trente trois ans, le Parti communiste a retrouvé une voix et un visage aux entrées du site de Sassenage d’Air Liquide où une distribution de tracts était organisée ce mardi 12 octobre.. A l’initiative de la cellule Sassenage-Vercors, un lien commence à se renouer.

« Enfin ! » Le mot a jailli de la bouche d’un prestataire d’Air Liquide, au volant de sa camionnette, qui vient de saisir le tract des communistes et s’apprête à franchir l’entrée Sud du site de Sassenage. Comme un cri du cœur dans la nuit noire, sous la lumière blafarde des lampadaires. De mémoire de militant, la dernière diffusion aux portes de l’usine remonte à 1988 lors de la campagne présidentielle du candidat André Lajoinie.

L’initiative de la toute nouvelle cellule Sassenage-Vercors de s’inscrire dans la semaine nationale d’action du PCF en faveur de l’emploi pour retisser un lien avec les salariés d’Air Liquide, a fait mouche. La configuration des lieux ne facilite pas les choses. Les salariés en voiture passent sans s’arrêter pour accéder aux parkings intérieurs.  Et la direction, méfiante, demande aux agents de sécurité d’intervenir côté Sud pour nous demander de nous éloigner. A la descente des cars, sous l’œil des gardiens, un salarié sur deux refuse le tract qui leur est tendu.

Il n’en va pas de même à l’entrée Nord où débouche la piste cyclable qui longe le Drac. Une multitude de petites lumières se suivent en file indienne et viennent à notre rencontre. Par dizaines, à partir de six heures du matin,  arrivent ici les salariés en bicyclette et en trottinette  électrique. Jeunes et moins jeunes marquent l’arrêt devant nous pour présenter leur badge et passer un par un le tourniquet qui conditionne l’entrée sur le site.

Certains cyclistes décrochent de leurs vélos des carioles signalées par des bandes fluorescentes. Il est tout juste 7 heures, les jeunes parents ont déposé en cours de route leurs enfants à la crèche ou chez la nounou avant de se rendre au travail.

« Bonjour, c’est le parti communiste. Voici nos propositions pour le développement de l’industrie en France. Ca vous concerne ! » Un peu de fatigue se lit sur les visages ensommeillés. Mais pas d’hostilité. La plupart des tracts sont pliés et mis dans les poches, ils seront lus plus tard. Quelques refus à l’énoncé du nom du parti, assortis d’un : « Non merci, c’est gentil !  » Aucun tract n’est jeté par terre. En matière d’agressivité de la part d’adversaires politiques, on a connu pire…

Un profil d’athlète, un regard vif et un grand sourire : le cycliste qui met pied à terre devant nous est un syndicaliste. « Il faut qu’on se revoit ! » Trente secondes, c’est le temps qu’a duré notre échange. Derrière lui, un autre cycliste lance : « Nous avons ici les compétences et les équipements pour relocaliser notre production. Excusez-moi mais il faut que je file ! » A Air Liquide, le débat sur les propositions du Parti vient de s’amorcer. Les premiers rayons du soleil pointent sur le Néron.

François Simon

Voir les commentaires

Rédigé par François SIMON

Repost0

Publié le 3 Septembre 2021

MANIF EN ISÈRE, 5 OCTOBRE

Grenoble 10h Alsace Lorraine

 

Roussillon : 10h place de la République

Le soleil n’aura pas franchement brillé cet été...

Caprice de météo d’une planète malade ?

Peu importe, ces quelques jours nous ont libéré des contraintes du quotidien.

Malgré l’espoir d’un hypothétique été indien, la réalité nous rattrape rappelant que la météo politique et sociale persiste, elle aussi, à rester sombre.

Rien n’a changé…

Macron a revêtu son costume de campagne, bien déterminé à garder le pouvoir. Il monopolise l’attention des médias, distille les promesses bien heureuses aux victimes de ses choix politiques tout en laissant le soin à son gouvernement et au patronat de continuer à nous faire les poches.

Ce déchaînement médiatique ne laisse que peu de place à la réalité des difficultés du quotidien.

Pour cause, l’objectif est d’enfermer le débat dans le cadre actuel des choix économiques et sociaux pour balayer tout espoir de faire valoir d’autres solutions et nous rejouer la grande scène du "moins pire".

À peine rentré, il y a déjà urgence.

  • urgence à faire entendre la voix des salariés
  • urgence à réinstaller notre activité syndicale dans le quotidien de travail
  • urgence à confronter nos propositions pour construire avec eux des solutions aux questions auxquels ils sont confrontés.

Urgence à faire du 5 octobre le rassemblement et la mise en mouvement du plus grand nombre.

Le 5 octobre, tous unis pour nos droits

Le 5 octobre, mobilisé-es pour nos salaires, nos emplois et nos conditions de travail et d’études ! Faire de cette journée une date incontournable de la mobilisation sociale

 

Voir les commentaires

Rédigé par CGT

Repost0

Publié le 9 Juillet 2021

Les 500 familles les plus riches de France explosent une fois de plus leur record : elles détiennent désormais un patrimoine total de 1000 milliards d'euros et ont vu leur fortune augmenter de 30% par rapport à l’année dernière, en pleine période de pandémie !

Eux ne risquent pas de subir la pauvreté, le chômage, la précarité. Ils sont « covid résistants ».

Le nombre de milliardaires français passe de 95 à 109. Pendant la même période, le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté passerait de 9 à 11 millions avec des APL en baisse, des factures de gaz, d’électricité, de mutuelle, d’essence en hausse, des salaires et des pensions gelés et un SMIC bloqué à 1234 euros net.

La politique du Président des riches produit ses effets. Son bilan est inégalé pour les plus riches, pour la finance et le capital : la fortune des 500 familles plus riches est passée de 570 milliards en 2017, année de son élection, à 1000 milliards aujourd’hui. La fortune des 500 familles les plus riches a donc quasi doublé !

En 4 ans, le Président des riches a rempli sa mission : les premiers de cordée ont atteint les sommets mais les français sont restés en bas car les riches ont coupé la corde ! L’emploi, le pouvoir d’achat et les salaires ont été sacrifiés sur l’autel de la rentabilité. C’est le fruit de toutes les baisses d’impôts sur les grandes fortunes, sur le capital, sur les dividendes, sur les plus-values. C’est aussi le fruit d’un grand laxisme en matière de lutte contre l’évasion fiscale.

Pire, ces familles les plus riches sont propriétaires d’entreprises, de multinationales qui bénéficient de toutes les aides publiques telles que le CICE, la baisse des impôts de productions, le Crédit Impôt Recherche, les exonérations de cotisations sociales... 140 milliards d’euros d’aides publiques versées en 2019 aux entreprises sans aucune condition, sans rien demander en échange, dont les deux tiers bénéficient en priorité aux plus grandes d’entres elles !

En 2022, nous voulons passer un pacte avec les Françaises et les Français, avec le monde du travail, pour prendre le pouvoir à ces 500 familles, au capital. Oui, nous disons qu’il est possible de relever le défi des jours Heureux, d’éradiquer la pauvreté et le chômage, de retrouver des services publics et une industrie au service de l’emploi et du climat. Cela implique de changer l'utilisation de l'argent dans le pays et de créer de nouveaux droits d'intervention des salarié.e.s.

Fabien Roussel, député du Nord, secrétaire national du PCF

Voir les commentaires

Rédigé par Fabien Roussel

Repost0