Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Accueil du Site

 

Visiteurs du Blogcompteur de visites html

 

 

https://www.facebook.com/trovero2017

 

 

Recherche

Sassenage à la Une

            13 décembre 2015 7 13 /12 /décembre /2015 23:47

            Les résultats définitifs viennent de tomber, la future région Auvergne Rhône-Alpes sera administrée par Laurent Wauquiez qui recueille 40,61% des suffrages exprimés contre 36,84% à Jean Jacques Queyranne et 22,55% au FN.

            Cette situation intervient dans un contexte, où, sur ma commune, Sassenage, le Maire UDI est devancé par la gauche de près de 6 points sur tous les bureaux sans exception.

            Notre région va devoir entrer en résistance face aux projets d'une droite qui a largement copié les orientations portées au premier tour par le candidat FN, notamment sur son dernier tract de campagne.

            Par rapport au premier tour du 6 décembre, Jean-Jacques Queyranne gagne sur le total des voix de gauche 181 131 suffrages, Boudot du FN 27 161 voix et Laurent Wauquiez 505 867 voix, sur la base des 450 588 suffrages exprimés supplémentaires.

            Tous les camps auront mobilisés des électorats différents, mais au final, cette nouvelle région vire à droite.

            Sur la profession de foi du nouvel élu à la Présidence de la Région, lors de ce second tour, les compétences de la région auront été totalement oubliées: qu'adviendra t-il des TER, des lycées, de l'aménagement du territoire, du développement du sport et de la culture, de la santé avec les ARS, de la vie associative ?  Que celui ou celle qui découvre la moindre parcelle de propositions me fasse signe, car en dehors d'un slogan annonçant un nouveau souffle pour la région, je n'ai rien trouvé !

            Face à la politique cruelle qui sera mise en oeuvre, il y aura besoin d'élu.e.s de combat, sur les 57 sièges de la gauche, je sais pouvoir compter sur un nombre limité d'élu.e.s: François Jacquart dans l'Ardèche: Patrice Voir dans l'Isère; Cécile Cukierman dans la Loire; Raphaël Debû dans la Métrope de Lyon pour la partie Rhône-Alpes ainsi que de Pascale Semet de l'Allier,  de Boris Bouchet et Catherine Fromage dans le Puy de Dôme pour la partie Auvergne.

            Ces 7 Conseillers régionaux issus de la liste l'Humain d'abord avec la gauche républicaine et sociale auront une mission délicate pour ces 6 années qui démarrent, ils et elles seront les porte-voix des luttes indispensables face à la droite et à l'extrème droite.

            Déclaration de Pierre Laurent Secrétaire national du Parti communiste français, au soir du second tour des élections régionales.

            Les résultats du second tour des élections régionales sont marqués par le sursaut de mobilisation des électrices et des électeurs, avec près de 9 % de participation supplémentaire. Manifestement, les votants ont ressenti comme un grave danger pour la démocratie, l'élection du Front national à la présidence de régions. Ils ont empêché cette menace de se concrétiser.

            Le Parti communiste, qui avait appelé à battre le FN dès dimanche soir, pousse un ouf de soulagement. Ce sera un atout dans la bataille à venir pour faire reculer les idées du Front national dans le pays. Car le danger persiste et rien ne doit faire oublier la gravité de ce qui vient de se passer : les scores atteints par le FN sont dramatiques et alarmants, un très grand nombre de conseillers régionaux du Front national sont élus, et dans deux grandes régions, PACA et Nord-Pas de Calais-Picardie, il n'y a plus de conseillers régionaux de gauche pour les combattre et soutenir les politiques publiques en faveur des besoins des gens.

            La droite remporterait ce soir sept des treize grandes régions, soit un peu moins que ne le laissaient craindre les résultats du premier tour, mais toutes sont des conquêtes puisque la gauche gérait toutes ces régions à l'exception de l'Alsace dans le Grand Est. Dans ces régions s'annoncent des reculs pour les services publics, les politiques sociales, d'éducation et de culture, la vie des associations.

            Le Medef et la finance ont ce soir de nouveaux alliés dans ces régions, alors que c'est là qu'il faudrait mobiliser les richesses et les moyens publics pour lutter contre le chômage et la précarité. De nombreux combats s'annoncent dans lesquels les communistes entendent se mettre au service des populations et d'une République solidaire et fraternelle. La gauche remporterait cinq régions.

            Compte tenu des résultats du premier tour et du retrait des listes socialistes de deux régions, les communistes et le Front de gauche n'obtiennent ce soir des élus que dans cinq régions, : Ile de France, Normandie, Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon, Corse et Auvergne-Rhône-Alpes. Pour le Front de Gauche, pour le PCF il s'agit d'un revers électoral important. Les nationalistes remportent pour leur part la région Corse. Ces deux tours d'élections régionales vont devoir être analysés en profondeur. Mais il est clair que la situation nouvelle n'est pas favorable au monde du travail.

            La responsabilité des politiques menées par François Hollande et Manuel Valls et leurs gouvernements est très lourde dans ce désastre. L'impasse économique, sociale, politique et démocratique dans laquelle ils ont enfoncé le pays se paie très cher. Poursuivre dans cette voie serait aller vers de nouveaux désastres et marquerait un grave mépris pour le message adressé par les électeurs. Il est urgent de sortir de l'austérité et dogmes du libéralisme. Ces résultats ouvrent une nouvelle période politique.

            Les communistes entendent mener de front le combat contre la droite et l'extrême-droite et la construction d'un nouveau projet progressiste nourrit d'actions prioritaires et de mesures urgentes, pour sortir la gauche et le pays du piège du tripartisme dans lequel ils nous enferment. En remerciant les communistes de leur engagement, je les appelle à se réunir pour tirer les leçons de cette bataille très difficile, à aller à la rencontre de nos concitoyens dans les quartiers, les entreprises...

            Nous n'oublions pas nos résultats insuffisants au premier tour. Nous allons devoir mettre beaucoup de choses à plat pour relancer notre combat. La direction nationale du PCF prendra toutes les initiatives pour favoriser ce débat. Se tiendront plusieurs réunions importantes dès la semaine prochaine.

            En janvier, le PCF lancera la préparation de notre Congrès. Trop de pauvreté, trop d'inégalités, trop de concurrence …. aux femmes et aux hommes qui convaincus que la société doit évoluer autrement, je les appelle à rejoindre notre parti pour agir ensemble. Sans attendre prenons et préparons ensemble toutes les initiatives de débats, d'actions, de rencontres avec toutes les forces citoyennes, sociales et politiques disponibles pour réinventer la gauche et un nouveau pacte d'espoir pour le pays.

            Paris, le 13 décembre - 22h00

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans Régionales
            commenter cet article
            8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 17:19

            Cher-e-s Auvergnat-e-s et Rhonalpin-e-s,


            Le 6 décembre, vous avez été 135 271 à voter pour notre liste, l’Humain d’abord, avec la gauche républicaine et sociale. Nous remercions toutes ces électrices et tous ces électeurs qui nous ont témoigné leur confiance, dans toute la région Auvergne Rhône Alpes.


            Nous les remercions car toutes ces femmes et tous ces hommes, malgré le silence assourdissant des médias, ont fait le choix d’une politique de gauche courageuse, porteuse d’une alternative concrète et immédiate pour sortir des politiques d’austérité.


            Dans notre région, comme dans notre pays, le paysage politique est marqué par une nette progression de la droite extrême et d’une extrême droite qui menace de remettre en cause tout ce qui fait notre République : le goût, le plaisir de vivre ensemble. Ils entendent faire main basse sur plusieurs régions, en faire un marchepied vers d’autres ambitions, faire de nos régions des laboratoires de politiques libérales, avec ces vieilles recettes qui donnent toujours les mêmes résultats.


            Auvergne Rhône Alpes, est une des régions où la gauche peut l’emporter. Pas seulement pour battre la droite, mais pour mener une politique qui réponde aux besoins des habitantes et des habitants de cette future région.

            Si la gauche peut l’emporter, c’est aussi parce que nous y serons. En fusionnant avec la liste de Jean Charles Kohlhaas et celle de Jean Jack Queyranne, nous voulons porter une voix, être la caisse de résonnance des résistances, des combats et des mobilisations face aux inégalités territoriales, à l’austérité, au démantèlement des services publics.

            Sincèrement Cécile Cukierman

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Cécile Cukierman - dans Régionales
            commenter cet article
            7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 00:34

            Premier tour des élections régionales 2015 - Déclaration de Pierre Laurent

            Les premières estimations connues à cette heure des résultats du premier tour des élections régionales confirment le grave état d'alerte social et démocratique du pays.

            Dans notre pays, la France, où des millions et des millions de personnes souffrent durement du chômage, de la précarité, du pouvoir de la finance sur nos vies et sur notre travail, où l'angoisse du lendemain ronge la vie de tant de nos concitoyens, où les attentats du 13 novembre ont ajouté la peur à toute cette insécurité sociale, la menace est réelle de voir la droite et l'extrême-droite diriger dimanche prochain la très grande majorité, et peut-être la totalité, des 13 nouvelles régions.

            Ce serait une catastrophe que la très grande majorité de notre peuple paierait cher.

            C'est une situation d'extrême danger pour notre pays car le Front national renforce, après les élections européennes, sa place de premier parti politique. Le racisme déclaré de son programme libéral-populiste constitue une mise en cause explicite des valeurs d'égalité, de liberté et de fraternité de notre République.

            Dans ce contexte, plus de 50% des électrices et des électeurs ont une nouvelle fois choisi de s'abstenir, marquant leur défiance massive et désormais structurelle à l'égard du fonctionnement de plus en plus défaillant de notre démocratie.

            La colère contre tous les manquements à la parole donnée, aux engagements pris aussitôt abandonnés dans les actes, continue de grandir.

            Les résultats portent évidemment la marque de la situation exceptionnelle dans laquelle se sont déroulés ces élections. Les enjeux des élections régionales ont été sciemment marginalisés.

            Depuis les attentats du 13 novembre, la peur qu'ils ont suscitée et l'inquiétude provoquée par l'état d'urgence ont été largement instrumentalisés et ont compliqué encore le scrutin.

            Pourquoi en sommes nous là ?

            Parce que depuis des années les attaques des pouvoirs de l'argent contre le monde du travail, les déréglementations de la mondialisations capitaliste, les politiques ultralibérales européennes ont démantelé les solidarités. Parce que la pensée unique dominante a matraqué toutes les tentatives d'ouvrir un nouveau chemin de transformation sociale. La responsabilité des gouvernements successifs qui ont maintenu depuis dix ans, contre l'avis d'une majorité du pays, le cap de politiques d'austérité de plus en plus dures, appliquées avec des méthodes de plus en plus autoritaires, est immense.

            L'impasse politique, économique, sociale dans laquelle ils se sont acharnés à enfoncer le pays a nourri un rejet que plus rien ne peut arrêter. La montée du Front national s'est d'autant plus nourrie de ce rejet que la droite des Républicains et de l'UDI et les dirigeants socialistes se sont dépensés sans compter pour installer le Front national et, en faire leur principal «concurrent», un repoussoir pour sauvegarder leur hégémonie. Ils ont eux même banalisé ses idées, espérant ainsi étouffer tout espoir de transformation sociale et favoriser leurs projets de recomposition politique.

            Le résultat est le désastre politique auquel nous assistons.

            Jamais les communistes ne s'y résigneront. Et nombreux avec eux sont les démocrates, les électeurs de toutes les familles de gauche à ne pas accepter ce scénario mortifère. Leur rassemblement dans l'action sera plus que jamais nécessaire. Les listes sur lesquelles les communistes étaient engagés avec le Front de gauche et des forces citoyennes et écologistes ont travaillé à ouvrir un autre chemin, contre l'austérité, pour la solidarité et le progrès humain partagé.

            Ce soir, le score obtenu par les listes est un point d'appui pour les batailles à venir et pour battre la droite et le Front national au second tour. Ces scores sont certes encore très insuffisants. Nos ambitions demeurent pour l'avenir. Mais ce soir, sans le respect de ces listes et de leurs électeurs, rien n'est possible à gauche.

            Ce soir, une chose est certaine. Le grand défi de la nouvelle période politique qui s'ouvre sera celui de la construction d'un nouveau projet de gauche solidaire et fraternel pour notre pays et pour notre République. Ce projet doit être un projet de solidarité, de prospérité partagée et de paix et non un projet de guerre, de concurrence et d'égoïsmes réciproques.

            Dans les semaines et les mois à venir, les communistes prendront à gauche, avec toutes les forces citoyennes, sociales et politiques disponibles, toutes les initiatives nécessaires à la construction politique de ce nouveau pacte d'avenir pour la France, pour la conduite duquel les dirigeants actuels du pays sont totalement défaillants.

            Pour le second tour, le PCF veut faire respecter la volonté des électeurs qui ont accordé leur confiance aux listes citoyennes et du Front de gauche au premier tour. Pour que ces électeurs soient représentés par des élus auxquels ils font confiance, pour que les régions aux compétences élargies et utiles au quotidien, comptent des élus à gauche déterminés à poursuivre les combats contre l'austérité et par la promotion de politiques publiques de solidarité, pour battre la droite et écarter le danger extrême du Front national, le PCF appelle à construire des listes de second tour qui rassemblent les différentes listes de gauche du premier tour.

            Dans ces listes, personne ne se rallie à personne. L'addition de ces listes est la seule manière d'empêcher la victoire totale de la droite et de l'extrême droite.

            Dans les assemblées régionales, les élus communistes agiront librement sur la base de leurs engagements devant les électeurs au premier tour pour faire avancer tout ce qui aidera notre peuple à mieux vivre. La France ne pourra en rester là...

            Notre peuple est en demande de changement, de rassemblement et de sens pour se sortir de l'impasse actuelle. Il est urgent de mettre l'humain au cœur de toutes les questions sociales et non la finance.

            Déclaration de Pierre Laurent, Secrétaire national du Parti communiste français dimanche 6 décembre – 20 heures

            Dans la région Auvergne Rhône-Alpes, les résultats définitifs sont à présent connus. Les 135 271 électrices et électeurs qui ont choisi le bulletin de vote l'Humain d'abord avec la gauche républicaine et sociale conduite par Cécile Cukierman obtenant 5,39% des suffrages exprimés, représentent une force pour la mise en oeuvre de ce changement tant attendu, pour placer l'Humain au cœur de la politique à développer sur notre région.

            Pour le second tour, les possibilités de fusion permettant d'avoir des élu-e-s communistes Front de gauche ne s'établissent plus que sur 5 des 13 régions: Auvergne-Rhône-Alpes, Ile de France, Languedoc-Roussillon-midi-Pyrénées, Normandie et à l'Assemblée de Corse.

            Ci-dessous, les résultats complets de la Région Auvergne Rhône-Alpes par départements:

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Pierre Laurent & Michel Barrionuevo - dans Régionales
            commenter cet article
            3 décembre 2015 4 03 /12 /décembre /2015 09:58

            En 2012, alors que toutes les composantes du Front de Gauche, dont la principale, le Parti communiste français, battaient le pavé pour obtenir le score le plus élevé à l'élection présidentielle, avec notre candidat commun de l'Humain d'abord: Jean-Luc Mélenchon, j'avais fait une suggestion à Elisa Martin, au cours d'un rassemblement à Echirolles.

             

            Etant donné qu'aux législatives de 2007, elle formait un tandem avec le député socialiste,rien ne l'empêchait de mentionner dans son soutien à la candidature de Renzo Sulli, pour le Front de Gauche aux élections législatives dans la 2ème circonscription de l'Isère, pour le scrutin de 2012, ce statut si particulier: être la suppléante sortante de ce territoire.

            Elle a refusé, arguant qu'elle avait été candidate du Parti socialite, ce que j'ai bien volontier admis !

            Dans ce cas, la démarche d'honnêteté valable en 2012, ne peut être balayée d'un revers de main.

            D'où mon coup de geule, cela d'autant plus que le seul document adressé à toutes les électrices et électeurs inscrits, c'est la Profession de foi des différentes listes !

            Je combats sans réserves, la droite et le FN.

            Mais voir dans une liste en concurrence, avec celle que je soutiens conduite par Cécile Cukierman, la mention avec Elisa Martin, non pas au titre de son mandat municipal ou de son appartenance politique, mais basée sur le fait qu'en 2010, elle était la Tête de liste Front de Gauche en Rhône-Alpes.

            Soyons clairs et respectueux des femmes et hommes communistes qui avaient accepté, à la suite d'un accord national entre les différentes composantes du Front de Gauche, que Madame Elisa Martin, du Parti de gauche soit sur la région Rhône-Alpes, la Tête de liste, alors qu'elles et ils forment, et de loin, la principale force de ce Front.

            D'ailleurs, la répartition des différentes candidatures de la liste régionale, Rhône-Alpes en 2010 a été à l'image de la diversité des composante de ce mouvement, et c'est ainsi qu'à l'issue du second tour, après fusion, 10 Conseillers régionaux Front de Gauche, dont 6 communistes,ont été élu.e.s.

            Le groupe Front de Gauche à la région Rhône-Alpes, compte aujourd'hui, 11 sortant.e.s, dont 7 communistes, plus Antoine Fatiga. 8 élu.e.s sur 11 soutiennent la liste l'Humain d'abord avec la gauche républicaine et sociale conduite par Cécile Cukierman.

            Notre ami, Antoine Fatiga est lui-même Tête de liste en Savoie.

            Ces procédés utilisés n'honorent pas la politique, pour ceux qui prétendent à une autre démarche. Mon coup de gueule ne pourra pas parvenir au plus de 5 millions d'électrices et électeurs d'Auvergne et de Rhône-Alpes, privés par ailleurs d'une expression dans les grands médias audio-visuels et qui ne peuvent entendre autre chose que les messages aseptisés des 4 dites "premières listes".

            En 2005, tous ces médias faisaient campagne pour le Oui au Traité Constitutionnel Européen, finalement à gauche et de façon globale, le peuple de France à dit Non à 55%.

             

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans Régionales
            commenter cet article
            1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 16:51

            Ce 30 novembre 2015, la liste l'Humain d'abord avec la gauche républicaine et sociale avait donné rendez-vous pour la tenue du meeting régional à la Chaufferie de Grenoble.

            Les 10 vidéos ci-dessous vous permettront de vivre ou de revivre ces moments intenses.

            Après les mots d'accueil de Patrice Voir, Conseiller régional sortant du groupe Front de gauche, sur Grenoble, la résistante, une table ronde sur l'emploi s'est tenue. Pierre Piccareta, syndicaliste de Caterpillar, Sophie Chappuy-Mazenot, étudiante militante de la jeunesse, Françoise Brefort, militante syndicale dans une collectivité territoriale et Loris Fontana, tête de liste en Haute Savoie se sont exprimés sur les perspectives à ouvrir. Jacqueline Madrennes, tête de liste en Isère a dressé la synthèse de cette table ronde.

            Seconde étape de ce meeting, les interventions de : Yves Prat du Front de gauche de Haute Loire, de Frédéric Verges du MRC Isère, de Antoine Fatiga, militant syndical et Conseiller régional sortant, tête de liste en Savoie. La clôture de ce meeting a été faite par Cécile Cukierman qui a allumé le feu de l'espoir pour notre région.

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans Régionales
            commenter cet article
            1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 00:27

            Ce 30 novembre à Grenoble, s'est tenu le premier des 3 meetings régionaux de clôture de la campagne des élections régionales en Auvergne Rhône-Alpes.

            Cécile Cukierman a montré dans ses conclusions, l'énergie qui anime la liste l'Humain d'abord avec la gauche républicaine et sociale.

            Allumez le feu de l'espoir, c'est jusqu'à la dernière minute, semer pour une région solidaire et fraternelle. Regardez la vidéo ci-dessous d'une durée de 40 minutes, elle vous placera dans l'ambiance !

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans Régionales
            commenter cet article
            28 novembre 2015 6 28 /11 /novembre /2015 15:13

            Dans les conditions exceptionnelles créées depuis les attentats, le gouvernement a décidé de maintenir les élections régionales.

            Le PCF déclarait "si le maintien du scrutin est un acte d’affirmation démocratique alors il est indispensable que des mesures exceptionnelles elles aussi permettent l’exercice du libre choix des électeurs en garantissant le pluralisme, l’égalité des listes et la participation au scrutin".

            Force est de constater que les médias, en particulier les chaînes de service public, n'ont pas apporté de modifications profondes dans l’organisation de la campagne et que le pluralisme n'est toujours pas de mise. A quelques jours du scrutin, entendre, faire circuler cet appel est une nécessité.

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Pierre Laurent - dans Régionales
            commenter cet article
            24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 08:59

            Cécile Cukierman, tête de liste de l'Humain d'abord avec la gauche républicaine et sociale était l'invitée de l'émission de France bleu matin de Saint Etienne le lundi 23 novembre 2015, elle s'exprime sur son vote au Sénat, sur la proposition de portiques dans les lycées, etc...

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans Régionales
            commenter cet article
            23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 10:42

            INVITATION A DEBATTRE DE
            NOTRE AVENIR

            Vendredi 27 novembre 2015 à 17h00
            Salle Chiumento, Stade du CER SNCF,
            Avenue des Martyrs – Grenoble
            TRAM C : Arrêt CEA - Cambridge

            En présence d’Antoine Fatiga et de Patrice Voir, Conseillers régionaux et candidats sur la liste
            « L’Humain d’Abord »

            Les prochaines élections régionales Rhône-Alpes-Auvergne des 6 et 13 décembre 2015 revêtent un caractère très important pour nous cheminots et usagers du train.

            Dans les 17 propositions prioritaires du programme de la liste « L’Humain d’Abord » porté par des citoyennes et citoyens, avec la gauche républicaine et sociale, nous sommes directement concernées en tout ou partie par celles-ci.

            Les dernières réformes à la SNCF nous interrogent toujours sur leur efficacité. Elles sont le fruit d’une bataille effrénée contre le Service Public Ferroviaire par les forces libérales.

            Dans ce cadre, les transports régionaux sont les premiers visés alors qu’ils représentent 1/3 du budget régional. Notre groupe a toujours défendu leur développement pour mieux répondre aux besoins des usagers

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Pcf-Isère - dans Régionales
            commenter cet article
            19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 18:54

            Avenir de ST Microelectronics : la Région doit agir auprès du gouvernement

            L’enjeu du dossier ST Microelectronics est considérable. Pour les sites de production de Grenoble et de Crolles et pour toute l’agglomération.

            En termes d’emplois, en termes de recherche, en termes de filière industrielle nationale et européenne. Le Conseil régional est directement concerné par ces trois enjeux liés entre eux.

            Le fait que la Région finance la recherche dans le projet 2017 l’autorise à parler haut et fort pour que le gouvernement qui est actionnaire, et l’Europe, pèsent de tout leur poids pour un changement de la stratégie industrielle du groupe STMicroelectronics.

            Considérable, l’enjeu l’est en termes d’emplois. Si le groupe stoppe sa division numérique, c’est dans l’immédiat 600 emplois supprimés à Grenoble et 100 à Crolles.

            L’autre conséquence de l’abandon du numérique serait l’abandon de la « Recherche et Développement technologique », et donc de la capacité de produire en masse les technologies les plus avancées.

            C’est le devenir même des sites de Grenoble et de Crolles qui est menacé. Or la fermeture à terme, de ces sites, serait une catastrophe économique et sociale pour Grenoble et son agglomération mais aussi pour toute la région. Ce serait aussi une catastrophe nationale car elle se traduirait par un abandon d’une filière stratégique pour l’industrie française et européenne.

            Soit un coup très dur porté à la recherche grenobloise, à la synergie entre « Recherche-Industrie-Formation » construite pendant des décennies sur ce territoire et qui serait ainsi détruite par la stratégie suicidaire des dirigeants du groupe STMicroélectronics.

            Ce n’est pas qu’une question financière, le groupe STMicro (qui peut se prévaloir de 350 millions d’euros de dividendes en 2014), l’Europe, la France ont largement les moyens d’investir dans cette filière.

            C’est une question politique : le gouvernement a-t-il la volonté, le courage politique de défendre fermement ce dossier auprès du groupe ST Microelectronics et de la Commission européenne et de participer aux investissements indispensables ?

            C’est le sens d’un courrier envoyé par Cécile Cukierman, sénatrice, à François Hollande.

            Et c’est le sens également de l’interpellation que deux conseillers régionaux isérois PCF du groupe Front de Gauche, Patrice Voir et François Auguste ont formulée et fait adopter à travers un voeu par l’Assemblée régionale le 15 octobre :

            « Au regard des éléments exposés, du caractère hautement stratégique de la filière microélectronique pour la France et l’Europe ; des enjeux énormes d’emplois pour le site de Grenoble et de Crolles, le département de l’Isère et toute la Région, la Région Rhône-Alpes demande aux présidents de l’État français et de l’État italien, à la Commission européenne d’agir pour que les choix stratégiques du groupe consolident la filière de composants microélectroniques en assurant le devenir des sites de Crolles et Grenoble et le maintien des emplois. C’est la seule et unique raison d’être des aides qu’ils et elles lui apportent ».

            La liste « l’Humain d’abord, avec la Gauche républicaine et sociale », conduite par Cécile Cukierman, et regroupant le PCF, le MRC, des personnalités du Front de Gauche et de nombreux syndicalistes et associatifs, continuera le combat avec ses élues et élus au Conseil régional pour défendre les intérêts des salariés de ST Microélectronics, lesquels coïncident avec l’intérêt national et celui d’une Europe efficace au plan industriel. Comment ?

            • En renforçant le contrôle des aides aux entreprises : chaque euro dépensé pour l’économie devra être un euro dépensé pour l’emploi ;
            •  En conditionnant les aides à des exigences d’emploi, de formation, de santé au travail, d’égalité femmes/hommes d’environnement. 

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans Régionales
            commenter cet article
            Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -