Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Accueil du Site

 

Visiteurs du Blogcompteur de visites html

 

 

https://www.facebook.com/trovero2017

 

 

Recherche

Sassenage à la Une

            26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 15:58
            Manif 28 novembre 2009 Grenoble contre privatisation
            Pour le maintien des bureaux de poste à Grenoble ! C'est sous ce mot d'ordre que le collectif "j'aime ma Poste à Grenoble" a lancé une pétition:

            Sauvons nos bureaux de poste à Grenoble 6 bureaux en danger ! 
            La poste a fait le choix de la rentabilité financière, de la dégradation des conditions de travail de ses agents plutôt que celui du service public. De nombreux bureaux de poste ferment les uns après les autres et sont « transformés » en agences communales ou relais poste urbains avec moins de services. C’est une politique qui touche maintenant les grandes villes. 

            Nous nous joindrons à la manifestation du jeudi 1er Juin 2017 à 17H, départ de la Poste République (vers la Maison du Tourisme) arrivée : direction de la Poste Bd Maréchal Lyautey à Grenoble

            Les habitant-es se mobilisent !
            Les bureaux de poste de quartier sont des Services publics d’État essentiels pour de nombreuses personnes, qui ont fait le choix de la Banque postale ou qui utilisent les services postaux comme mode de transmission de courriers ou de colis.
            À Grenoble, les bureaux de poste restent des endroits très fréquentés, notamment par une population âgée mais pas uniquement, qui n’utilise pas beaucoup le numérique comme mode de communication avec leurs proches ou avec les administrations et par de nombreux habitants utilisant les services financiers de la Poste et pour les envois ou réception de colis ou courriers.
            Nous sommes conscients que c’est une volonté de la Poste de fermer progressivement de très nombreux bureaux de poste, tant dans les secteurs ruraux, que dans les quartiers en proximité dans les villes.
            Depuis quelques mois, des informations, toujours pas confirmées, indiquent que les bureaux de poste de l’Ile Verte, Championnet, Bajatière, Stalingrad, Eaux Claires et Grand Place seraient susceptibles de fermeture prochaine.
            Ces dernières années, les services offerts dans les bureaux de poste se sont dégradés peu à peu : horaires de plus en plus restreints, personnel réduit, services non assurés (services aux professionnels, retrait des instances, services financiers…), fermeture « sauvage » par manque de personnel. Les usagers sont alors dirigés vers d'autres bureaux pour certains services.
            Il est assez étonnant que la Poste, dans ces quartiers qui ont de nombreux clients à la Banque Postale et dont les guichets postaux sont très fréquentés, souhaite fermer ses bureaux de proximité.
            Ces fermetures, qui n’ont d’autre objet qu’une recherche de rentabilité financière, sont de nature à faire baisser toujours davantage la qualité du Service Public D’État. La caisse d’assurance maladie a disparu de certains quartiers. Si la Poste disparaît, il ne restera plus que les banques privées comme service de proximité.
            Nous considérons qu’il est inacceptable qu’un Service Public de proximité comme la Poste soit supprimé, au nom de la seule recherche de rentabilité.
            Nous invitons tous les usagers de la Poste et les habitant-es à signer la pétition pour exprimer leur refus de ces fermetures des bureaux menacés, et le retour à un service postal de qualité dans ces bureaux, avec l'ensemble des services offerts, suffisamment de personnel et des horaires étendus.
            Signé : Le collectif « J'aime ma Poste à Grenoble »
            Habitants de Grenoble, Unions de Quartier Exposition Bajatière, Ile Verte, Championnet Bonne Condorcet Hoche, Collectif Départemental de Défense du Service Public de la Poste, Syndicats de la Poste CGT – SUD – FO

            Annie David, Sénatrice communiste de l'Isère a interpelé le PDG du Groupe "La Poste"

            Une réflexion est actuellement en cours par La Poste pour « faire évoluer la présence postale » à Grenoble.
            Il est à craindre comme c’est le cas ces dernières années dans de nombreuses communes de l’Isère, que votre réflexion ne conduise à la fermeture de six bureaux de Poste, soit la moitié des bureaux de poste de Grenoble, privant les habitant-e-s de services essentiels parmi lesquels la Banque postale.
            Je vous ai interpellé à plusieurs reprises sur la dégradation de la qualité des services ainsi que des conditions de travail des postiers, dénonçant la stratégie engagée par votre groupe pour justifier le démantèlement du réseau public de la Poste et développer des services onéreux pour les usagers en particulier via la dématérialisation.
            Cette stratégie est d'autant plus contestée qu’elle déstructure nos territoires et contribue à creuser les inégalités tant sociales que territoriales. Elle est d’autant plus inacceptable que la Poste a bénéficié de 900 millions d’euros de CICE en 3 ans qui lui ont permis de développer ses secteurs les plus rentables.
            Mais loin d'améliorer le service rendu votre groupe a supprimé 21.000 emplois nets, multiplié les embauches en CDD, 70% en 2015, multiplié par cinq la sous-traitance en dix ans. Et le fonds de péréquation territorial alimenté par l'abattement de taxes locales, alloué pour organiser la présence de La Poste, subvention de 174 millions d'euros par an, sert aujourd'hui à fermer des bureaux de poste en passant outre l’avis des assemblées communales. 
            La mobilisation des usagers est forte pour le maintien des bureaux de poste à Grenoble et pour la défense du réseau postal sur le département, soutenue par de nombreux élu-e-s. 
            Je tiens à réaffirmer mon opposition à toute fermeture de bureau de poste et je vous demanderais, Monsieur le Président de prendre enfin en compte les besoins des usagers et d'entendre les élu-e-s.

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans Actualités
            commenter cet article
            1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 09:52

            Massacres de Setif, Guelma, Kherrata en Algérie :
            sortir de l'oubli

            l'autre 8 mai 1945


            La chute du régime nazi a été un événement considérable dans le monde entier, soulevant l'espoir d'un monde plus juste, respectueux des droits et des peuples. Cent trente mille soldats algériens et des dizaines de milliers d’autres soldats et de civils de pays colonisés ont participé à la lutte contre le nazisme au sein de l'armée française, les fameux « indigènes de l'armée française ».
            C'est légitimement que de nombreux peuples pensèrent que le moment était venu d'obtenir l’'égalité en matière de droits civiques et politiques. La réalité fut tout autre. Dans les pays colonisés par la France, les manifestations portant ces revendications d'égalité furent immédiatement réprimées (Indochine, Madagascar, Afrique sub-saharienne, etc.). L’Algérie est une des figures emblématiques de ce manquement moral et politique.
            Alors que l'Algérie est un département français, la célébration de la victoire des Alliés contre le Nazisme le 8 mai 1945 est l'occasion pour les Algériennes et les Algériens de faire entendre les revendications d'égalité des droits et d'indépendance. A Sétif, des milliers d'Algériens manifestent et brandissent des pancartes « Libérez Messali » (Messali Hadj, leader nationaliste emprisonné), « Nous voulons être vos égaux », « À bas le colonialisme », « Vive l'Algérie libre et indépendante », et un drapeau qui deviendra le drapeau algérien. Des coups de feu sont tirés, le porteur du drapeau est abattu, provoquant la colère des manifestants. On comptera des dizaines de morts « européens » ce jour-là. La répression contre les Algériens durera des mois jusqu'au mois de septembre et sera féroce : 10 000 à 40 000 victimes selon les historiens, à Sétif, Guelma et Kherrata.
            C'est un véritable massacre et un crime d'Etat : il s'agissait pour le pouvoir français de l'époque de maintenir à tout prix l'Algérie sous domination coloniale. Les auteurs de ce massacre délibéré de populations civiles n'ont d'ailleurs jamais été inquiétés.
            Ce massacre marque pour beaucoup d'historiens le début de la guerre d'Algérie. Cet événement tragique a été occulté par tous ceux qui veulent masquer la réalité du colonialisme, faite de violence et d'oppression.
            Le refus d'entendre l'aspiration légitime des Algériennes et des Algériens à être maîtres de leur destin a conduit à une guerre cruelle, dont l'issue a été la destruction de l'ordre colonial et la reconnaissance de l'indépendance algérienne, guerre dont le prix humain et matériel fut considérable pour les populations algériennes et les Européens d'Algérie.
            Les enseignements à tirer du 8 mai de Sétif sont nombreux et d'une grande actualité.
            Alors que les guerres se multiplient, avec leur lot de massacres, de destructions et de famines, il est urgent d'entendre qu'aucune paix durable ne peut se bâtir sans respecter les droits des peuples. L'occultation ou la négation des crimes coloniaux d’hier expliquent largement la permanence des discriminations d'aujourd’hui.
            Alors que la xénophobie et la haine de l'autre sont prônées par des nostalgiques de l'ordre colonial et de la collaboration nazie, il est urgent de comprendre que notre avenir est commun et qu'il est essentiel de construire des ponts plutôt que des murs.
            Les massacres de Sétif, Guelma et Kherrata font partie de l’Histoire de la France et de l'Histoire de l'Algérie.
            Cette histoire commune doit être mise à disposition des nouvelles générations en France, en Algérie, en Europe et en Afrique.
            Nous demandons :

            • la reconnaissance par l'État Français des crimes commis lors du 8 mai 1945 dans la région de Sétif, Guelma et Kherrata 
            • l'inscription dans les livres d'Histoire des crimes coloniaux commis contre les peuples (Algérie, Madagascar, Indochine, ...)
            • une écriture partagée entre la France et l'Algérie de leur histoire commune ouvrant sur de nouvelles coopérations citoyennes.

            Rassemblement et dépôt de gerbe
            lundi 8 mai 2017 à 18h00 à Fontaine

            Parc André Malraux (près de la Mairie) Mail Marcel Cachin

            (tram A, arrêt Hôtel de Ville La Source)


            à l'appel de : Algérie au Coeur, Amal, ANPNPA (Association Nationale des Pieds Noirs Progressistes et leurs Amis ), ASALI, ATLLAS, CIIP, CTNE (Comité traite négrière esclavage), Coup de Soleil Rhône-Alpes, CSRA, MRAP, Mouvement de la Paix, ODTI, Ras L'Front

            avec le soutien de :ACIP-ASADO, ADAFL (Association Dauphinoise pour l'amitié Franco- Libanaise), AFPS (Association France Palestinienne Solidarité), ATTAC Isère, Cercle Bernard Lazare, CLAG (Cercle Laïque de l'Agglomération grenobloise), Maroc Solidarités, Survie Isère, UD-CGT Isère, Solidaires 38, ADES, EE-LV, GO Citoyenneté, Ensemble !, Lutte Ouvrière, NPA, PCF, PCOF, PS38

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans Actualités
            commenter cet article
            18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 10:25

            Ensemble, faisons du 1er mai une journée de lutte et de mobilisation pour le progrès social, la solidarité et la paix entre les peuples

            Depuis plusieurs mois, il est martelé que le contexte économique et social ne laisserait entrevoir aucune perspective réjouissante. Seuls les lendemains sombres et douloureux seraient la solution inéluctable pour permettre à la France de retrouver sa place parmi les grandes puissances européennes et mondiales.
            Au contraire, la CGT porte des revendications sociales de haut niveau : SMIC à 1800 euros brut, réduction du temps de travail (32 heures), nouveau statut du travail salarié, sécurité sociale professionnelle, développement des services publics, l’Europe sociale, solutions à la crise économique et sociale que nous traversons.
            Toutes ces propositions sont réalisables, au regard par exemple des dizaines de milliards d’euros de dividendes aux actionnaires, à condition de créer le rapport de forces qui permette d’inverser le contenu même de la pensée dominante et de sa déclinaison.
            C’est pourquoi la CGT invite l’ensemble des travailleurs, privés d’emplois, des retraités porteurs des valeurs de progrès social, de solidarité et de paix à participer dans l’unité la plus large aux manifestations du 1er mai 2017.
            Ce sera l’occasion de rappeler notre refus du racisme et de la xénophobie, d’appeler à la solidarité internationale avec tous les peuples en lutte.
            L’Energie, les cheminots, les Travailleurs Sans Papiers, à Rungis ou en Isère, les retraités, les pompiers, les salariés du CHAI de St Egrève, de CAP Gemini, de Danone, de la mairie de Grenoble, à l’Université ou encore à Ecocis où le patron est parti du jour au lendemain avec les 11 millions d’euros versés par la Banque Publique d’Investissement, toutes et tous se mobilisent dans la période pour imposer d’autres choix aux directions et aux pouvoirs publics.

            PARTICIPONS TRÈS NOMBREUX AUX MANIFESTATIONS ORGANISÉES EN ISÈRE :

            • GRENOBLE, 14h gare Sncf (début du cortège CGT Alsace-Lorraine/Crs J. Jaurès, arrivée place de Verdun)
            • BOURGOIN-JALLIEU, 10h30 cinéma Kinépolis
            • ROUSSILLON, 10h foyer munipal

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par UD CGT Isère - dans Actualités
            commenter cet article
            28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 10:41

            Capture écran site Dauphiné LibéréDès 18H45, ce lundi 27 mars 2017, des militantes et militants contre le racisme se sont rassemblés sur le Parvis de l'Hôtel de ville pour dire NON à la Haine, après les propos tenus, il y a un mois par Franck Sinisi, élu du Front National à Fontaine.

            Lors de la séance du Conseil municipal, le Maire, Jean Paul Trovero autorisera plusieurs suspensions de séance pour donner la parole aux différents collectifs présents dans le public.

            Ci-dessous l'audio des premières prises de parole:

            Reprise de la séance et intervention de Laurent Jadeau, an nom des différents groupes Républicains du Conseil municipal, lecture de la lettre adressée par Monsieur le Maire à l'élu:

            Nouveaux propos de Monsieur Franck Sinisi, élu du Front National, réponse de Jean Paul Trovero: "vous aggravez votre cas !":

            Réponses de Messieurs Laurent Thoviste, Laurent Jadeau:, Jean Paul Trovero

            Après l'intervention de l'élu FN, Jean Paul Trovero, Maire a dit: "Monsieur Sinisi, je vais faire très court, vos excuses ne m'intéressent plus.

            J'aurais pensé, j'aurais souhaité un peu plus de pudeur. C'est vrai, vous n'avez pas dit que vous alliez arracher les dents, vous avez dit que vous proposiez à des dentistes de les récupérer.

            Dans un contexte du Conseil municipal qui s'est tenu, il y a un mois, il y a eu suffisamment de débats et d'interventions. Je pensais sincèrement que vous alliez revenir à la raison, cela n'a pas été le cas. Donc, je vous dit officiellement que vos excuses ne m'intéressent plus, je saisis le Procureur de la République au sujet de cette affaire !"

            L'enregistrement audio intégral de ce Conseil municipal est disponible sur le site de la ville de Fontaine. Vous pourrez prendre connaissance de la suite du débat qui aura duré plus d'une heure.

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans Actualités
            commenter cet article
            3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 09:26

            Évasion, optimisation fiscale et fraude font perdre chaque année entre 60 et 100 milliards d’euros au budget de la France et plus de 1 000 milliards en Europe. Conséquences de la lutte molle de nos gouvernements, l’école, la culture, l’hôpital, la justice, les équipements publics, les collectivités perdent des moyens pour répondre aux besoins des citoyens.
            Deux frères, l’un député, l’autre sénateur, tous deux nordistes et maires de leurs communes, hommes politiques de terrain et militants engagés, font bouger les lignes dans le cadre de leur mission sur la piste des "sans domicile fisc ".

            Toutes les informations dans le PDF déroulant ci-dessous !

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans Actualités
            commenter cet article
            28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 16:22

            RETRAITES(ES) :

            OCCUPONS–NOUS DE NOTRE AVENIR

            Faisons les taire tous ces experts économiques et sociologues du déclin, ces politicards du recul social, ces dirigeants patronaux qui en sont restés au siècle dernier.

            Non et non ! Les retraités ne sont pas une charge pour la société.

            Assez de ces ministres qui depuis des années maltraitent les retraités à coup de réforme, de Balladur en 1993 à Fillon en 2003 et 2010, qui ont conduites à une baisse généralisée des retraites de plus de 20%, sans oublier Wauquiez alors ministre de Sarkozy qui n’hésitait pas à qualifier le Revenu de Solidarité Active de « dérive de l’assistanat » ou se « nicherait le cancer de la société française ».

            Ce sont les même qui veulent supprimer l’impôt sur la fortune.

            Assez de voir les gouvernements Hollande/Valls/Cazeneuve perpétuer cette politique en bloquant une augmentation des retraites depuis plus de 1400 jours en ce début d’année 2017.

            En fait, ils ont une même et seule logique, il est plus intéressant de racketter les retraités et les pauvres car ils sont très nombreux.

            En procédant ainsi ils assèchent une source de dynamique économique et sociale.

            Ils oublient que les retraités malgré leurs petites retraites paient la TVA comme tout le monde, qu’ils paient les marchandises comme tout le monde, qu’ils paient des impôts comme tout le monde, qu’ils cotisent aussi à la Sécu, qu’ils paient cher les assurances et mutuelles…

            C’est vrai, les retraités ne produisent plus directement de richesses.

            Mais ils/elles l’ont fait pendant de nombreuses années de travail, aujourd’hui ils/elles réinvestissent massivement le montant de leurs retraites dans les rouages de la société, que ce soit familialement, socialement mais aussi économiquement.

            Le pouvoir d’achat des retraités : ce sont des millions d’emplois.

            Le montant des retraites au niveau national est de 280 milliards.

            Cette manne financière est réinvestie dans l’économie nationale au travers de la consommation des retraités, par exemple : 60% pour l’alimentation, 51% pour le logement, 49% pour la communication et 50% pour l’automobile… sans compter les transports, les loisirs et les activités sportives.

            Ce sont ainsi des millions d’emplois qui dépendent directement du pouvoir d’achat des retraités.

            Quant à la question de la santé, les retraités sont régulièrement dénoncé comme des boulets, et pourtant, là encore ce sont des millions d’emplois dans les maisons de retraites, les services à domiciles, les services de santé, et si l’on parlait de l’industrie pharmaceutique qui ce fait d’énormes profits sur le dos des malades et de la Sécu.

            Pubs à la télé, dans la presse, colloques, conférences… les retraités sont devenus une cible pour l’industrie, le commerce, les loisirs, le tourisme, les services, à tel point d’ailleurs que le pouvoir d’achat des retraités a trouvé une appellation « la sylver Economie » ou encore « l’Economie Argentée » ( la couleur de nos cheveux ou de notre porte-monnaie ? ) qui voit son chiffre d’affaires atteindre près de 100 milliards d’euros.

            Retraités, toutes les raisons de nous faire entendre en 2017.

            Pas question qu’en 2017 les retraités soient obligés de serrer encore d’un cran la ceinture.

            Pas question qu’en 2017, alors que la France est la 5eme puissance économique mondiale, nous acceptions de nouvelles ponctions sur nos retraites.

            Pas question qu’en 2017 nous ne puissions plus faire face aux dépenses les plus élémentaires comme le logement, la santé, le chauffage …

            Retraités, nous sommes une force sociale et économique indispensable dans notre pays.

            Nous sommes présents(es) dans quasiment tous les secteurs d’activités.

            On nous retrouve dans les responsabilités municipales, politiques, syndicales, la culture, le sport, l’environnement…

            Nous sommes un élément déterminant de la vie familiale, sociale, l’éducation, le mouvement associatif et solidaire.

            Nous représentons une force économique considérable à la fois comme consommateurs et comme source d’emplois.

            Alors en 2017 soyons exigeants.

            Rejetons toutes culpabilisations, dénigrement, nous ne sommes pas des nantis ni une charge pour la société.

            Exigeons tout de suite une augmentation des retraites et pensions de 300 €uros mensuel pour rattraper des dizaines d’années de retard.

            Exigeons le retour à l’augmentation des retraites sur l’évolution des salaires (et non plus sur le pseudo indice des prix) et cela au 1er janvier de chaque année.

            Exigeons l’annulation de toutes les mesures fiscales qui ont entrainé des pertes de pouvoir d’achat.

            Exigeons une présence syndicale dans tous les lieux où se discutent la situation des retraités.

            Exigence = reconnaissance.

            Retraités(es), nos exigences ne sont que l’expression d’une juste reconnaissance de notre place dans la société.

            Nous avons et continuons à être complètement acteurs de la vie sociale familiale et économique de notre pays.

            Afin de peser dans le débat public, les neuf organisations syndicales et associatives ont décidé de s’adresser aux retraités pour mieux vous connaitre, mieux prendre en compte votre avis et mieux vous représenter.

            Ils vous invitent à répondre au questionnaire qui vous sera présenté par les militants et que vous pourrez retrouver sur le site de l’UCR CGT.

            Le 30 mars 2017, unis, rassemblés, nous serons plus forts pour faire que 2017 soit une année d’avancées sociales pour le monde des retraités.

            Pour l'agglomération grenobloise, les organisations syndicales et associations de retraités CGT, FO, FSU, FGR-FP, Ensemble & Solidaire, LSR, invitent les retraités à :

            Un rassemblement suivi d’une manifestation

            Le jeudi 30 mars 2017

            À 15 heures,

            Rue Félix Poulat - Grenoble

             

            Bourgoin 10H, Cinéma Kinépolis

            Roussillon, rendez-vous 9H30, Foyer municipal pour co-voiturage, Manif à 10H Péage de Roussillon

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans Actualités
            commenter cet article
            6 février 2017 1 06 /02 /février /2017 13:20

            Ce lundi 6 février 2017, à l'appel de la CGT, les salarié-e-s en lutte de la CAF et de la CPAM, se sont adressés aux usagers, avec un tract et une signature de pétition.

            La fédération de l'Isère du PCF, l'Association Départementale des Elus Communistes et Républicains ont appelé au soutien à cette initiative.

            Parmi les élu-e-s présents, j'ai noté la présence de la sénatrice communiste de l'Isère, Annie David, de la Présidente du groupe Communistes, Gauche Unie et Solidaire au Département de l'Isère, Sylvette Rochas et dès le démarrage de l'initiative, celle de Patrice Voir, Conseiller régional.

            Le titre du tract distribué s'intitulait: Debout tous ensemble

            Depuis 1997, les CPAM sont soumises à des Conventions d'Objectifs et de Gestion. C'est dans ce cadre que la Caisse Nationale de l'Assurance Maladie prend des décisions qui touchent à l'organisation et au fonctionnement de votre « Sécu », dont l'objectif est de FAIRE DES ECONOMIES AU DETRIMENT DE LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC

            LES CONSEQUENCES POUR VOUS ASSURÉ-E-S :

            • Suppression de l'accueil sans RDV et mise en place d'un Espace Libre-Service Concrètement, vous devrez gérer vos demandes seul face aux bornes, et si vous souhaitez rencontrer un conseiller, il faudra prendre un RDV et revenir plus tard.
            • La Régionalisation de la Plateforme Téléphonique va entrainer plus d'appels mais avec le même effectif .... Il va devenir plus difficile de pouvoir joindre le 36 46. Et ce n'est peut-être qu'une étape avant que cela ne soit géré par une société privée, comme c'est déjà le cas pour la CAF.
            • Mutualisation des services en régional, voir en national. De plus en plus, vos dossiers ne sont plus gérés localement. Le suivi des dossiers devient donc compliqué, le traitement de vos réclamations et vos possibilités de contestations aussi.
            • Fermeture des accueils de proximité. En 2010, la CPAM de l'Isère comptait 17 centres répartis surtout le département... fin 2018 il n'en restera que 3; Beaucoup de permanences en zone rurale vont également fermer.

              Un Personnel de moins en moins nombreux. Depuis 2010 en Isère, plus de 200 départs à la retraite n'ont pas été remplacés. Pourtant le nombre de dossiers à traiter n'a pas diminué. Les délais de traitement s'allongent par manque de personnel, qui doit être avant tout productif au détriment d'une qualité de service.

              La CPAM est un des piliers de notre Protection Sociale, telle qu'elle a été imaginée par le Conseil National de la Résistance en 1945, pour permettre de compenser les inégalités sociales liées aux revenus et de faire face aux événements de la vie.

              On fait subir aux assurés des choix budgétaires qui ne pèsent pas autant sur les grands financiers, les hommes d'affaires qui envoient leur argent dans les paradis fiscaux.

              POUR PRESERVER NOS ACQUIS SOCIAUX,
              SOYONS TOUS ENSEMBLE POUR DIRE NON !
              UNISSONS-NOUS !

              LA SECU ET LA CAF SONT A NOUS,

              PAS A EUX !!!

             

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans Actualités
            commenter cet article
            31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 08:19

            La gratuité des transports publics, c’est possible !
            L’exemple de Dunkerque

            Débat public, mardi 7 février 2017 à 19h30

            Maison du Tourisme - Grenoble

            14, rue de la République
            Tram A et B, arrêt
            «Hubert Dubedout-Maison du Tourisme»

            Avec :

            Henri Briche : chercheur, en charge, par l’Agence d’Urbanisme de Dunkerque, d’évaluer la mise en place de la gratuité des transports en commun
            Maxime Huré : enseignant-chercheur en science politique à l’université de Perpignan sur les thèmes des mobilités durables urbaines

            Venez nombreuses et nombreux

            pour prendre part au débat !

            Vidéos : reportages et débats sur la gratuité des transports publics

            Reportage à Aubagne (3')
            Reportage à Tallin, capitale de l'Estonie (7'30")
            Débat à Dunkerque (1h51')

            Les débats du collectif

            Convergences pour la gratuité des transports publics urbains 14-15 mai 2016
            Débat avec Paul Ariès le 5 Novembre 2015 à Saint-Martin d’Hères
            Débat sur la gratuité à la Fête du Travailleur Alpin 28 juin 2015
            Débat public le 24 février 2015 à Grenoble Maison du Tourisme

            Pour aller plus loin

            Mémento pour la gratuité des transports publics dans l’agglomération grenobloise

            Mettons les transports en commun au cœur de la mobilité en développant un transport public universel, accessible à tous et toutes, dans un ensemble plurimodal.

            La gratuité une utopie ?
            Non, une avancée écologique et sociale !

            Gratuité transports: débat 7 février 19H30 Maison du Tourisme Grenoble

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans Actualités
            commenter cet article
            25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 21:52

            En apprenant que l'électricité avait été enfin remise dans la famille Maimouni, j'ai éprouvé une grande joie.

            Grande joie, après 80 jours de coupure, grande joie de cette action commune qu'avec l'union départementale CGT nous avons pu obtenir que cette famille puisse vivre dignement.

            Pour autant, il y a eu ce cas relayé dans mon précédent billet, mais combien d'autres familles dont j'ignore le nom, se trouvent-elles brisées et dans l'incapacité de disposer de ces éléments indispensables à la vie: l'énergie, l'eau !

            J'entends beaucoup de discours sur la pauvreté, sur le manque de moyens et dans le même temps je lis des articles consacrés à Macron ayant utilisé les frais de bouffe de son Ministère pour mettre en avant sa formation politique, de l'épouse de Fillon rémunérée sans activité réelle, des milliardaires Le Pen convertis au modèle Trump dont la première décision a été de supprimer la Sécurité sociale aux USA ! De ces patrons qui chaque année capitalisent des millions d'euros.

            Du coup, j'ai envie de crier ASSEZ, assez de ces politiques tournées vers un seul objectif, le Fric, faire encore plus de fric et nous conter à longueur d'antenne que la seule politique raisonnable, c'est de servir davantage ceux qui baignent dans l'opulence !

            Pour ma part, j'aspire à un monde où les êtres humains ne soient pas traités comme des marchandises, un monde libre, libre de ce capitalisme dévastateur, un monde de liberté où les besoins seront satisfaits !

             

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans Actualités
            commenter cet article
            25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 15:50

            Dans un communiqué de presse, l'union départementale CGT de l'Isère interpelle le Président de GEG, élu grenoblois

            Laisser mourir de froid ou protéger, M. FRISTOT élu à la ville de Grenoble fait le choix de couper le chauffage

            M. Maimouni 62 ans, depuis 2 mois et 20 jours vit sans électricité. Malgré la période de grand froid, il vit sans chauffage, sans eau chaude et sans lumière.

            La Cgt a interpellé la direction de GEG et le président de GEG, élu à la ville de Grenoble, M. FRISTOT. A ce jour, aucun ne daigne répondre à notre demande, à cette situation sanitaire d’urgence.

            La précarité énergétique des grenoblois ne semble pas être la priorité de la municipalité.

            La Cgt Isère et Indecosa lancent un appel aux pouvoirs publics, particulièrement les élus politiques, pour faire cesser ces situations inhumaines.

            La première urgence est de rétablir l’électricité dans tous les foyers qui en sont privé.

            La Ville de Grenoble et GEG ont les moyens et la responsabilité d’assurer la survie de femmes et d’hommes précarisés, dans une urgence sociale extrême.

            La Cgt refuse de s’habituer à l’exclusion, la maladie et la mort.

            Parce que la Solidarité ce sont des valeurs qui se défendent, le président de GEG ne peut rester cacher derrière des procédures.

            Pour M. Maimouni et tant d’autres, à Grenoble et ailleurs, chaque minute passée dans le froid est une souffrance. Il suffit de rétablir de l’électricité aux plus pauvres d’entre nous.

            La Cgt invitent tous les journalistes à poser cette question au président de GEG : à combien de foyer avez-vous coupé l’électricité pendant cet hiver ?

            Grenoble, le 25 janvier 2017

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par UD-CGT - dans Actualités
            commenter cet article
            Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -