Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Accueil du Site

 

Visiteurs du Blogcompteur de visites html

 

 

Recherche

Sassenage à la Une

            18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 20:55

            Depuis 2 à 3 jours, les principaux médias ont fini par découvrir les propos tenus par un élu FN de Fontaine.L’image ci-dessus est extraite du site l’Express !

            Pourtant, dès le 1er mars, la section de Fontaine rive gauche du Drac du Parti communiste français a rédigé un article intitulé: Nous dénonçons les propos du Front national au Conseil municipal de Fontaine.

            Nous n’en sommes pas restés à la dénonciation, nous avons publié les extraits audio de cette intervention, ainsi l’intervention au cours du débat d’orientation budgétaire qui a servi de prélude à cette seconde intervention.

            Dès lors, ou nous avons exprimé une opinion, la moindre des règles serait que l’avis des communistes soit donné.

            Après l’information donnée le 17 mars par la journaliste du Dauphiné Libéré, nous avons relevé que les médias suivants: midi libre, France Info, le Parisien, 20 minutes, europe 1, l’express, BFM TV, CnewsMatin, ont relayé ce billet, en rajoutant ceci: Le FN a fait parvenir un «rappel à l’ordre» à l’élu, via son secrétaire départemental. Le courrier stipule que l’élu doit s’excuser lors du prochain conseil municipal pour ces propos «qui pourraient être qualifiés d’injurieux», assure L’Express. Et «s’il s’avère que Franck Sinisi a bien tenu de tels propos, alors il sera sanctionné en commission de discipline», prévient le parti. Nier ces propos sera difficile pour l’élu, puisque la mairie de Fontaine enregistre toutes les délibérations des conseils municipaux.

            Ces propos ne sont pas une invention, il est trop facile de prétendre à une sanction, alors que quelques jours avant ce Conseil municipal du 27 février, M. Le Pen a été condamné pour le même type de propos, L’élu FN de Fontaine est dans la droite ligne de sa formation politique qui fait de la Haine, sa devanture de boutique.

            Lire l'article qu'au nom de la section PCF de Fontaine, j'ai écrit le 1er mars 2017: http://www.pcf-fontaine.fr/nous-condamnons-les-propos-du-front-national-au-conseil-municipal-de-fontaine/

            Ecouter la bande Audio de ces propos:

            Je m'explique, oui leur payer des dentistes, c'est à dire de leur mettre des dents nickel, de récupérer leurs dents en or. Je pense, juste ça, ça leur permet de se nourrir et de se loger.

            Le même élu, lors du débat d'orientation budgétaire a préparé le terrain de sa seconde intervention, écoutez :

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans Politique
            commenter cet article
            17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 08:35

            En 1944, le Comité de Libération nationale désigne 3 communistes pour sièger au Conseil municipal de Sassenage, François Blumet en qualité de Premier adjoint, ignorant que ce dernier était mort en déportation, Alexandre Durand que j'ai eu le plaisir de connaitre et M. Brun.

            Lors des élections municipales des 29 avril et 13 mai 1945, une alliance SFIO/MRP (droite), lors des différentes élections municipales jusqu'en 1971, privera Sassenage de la présence d'élu-e-s communistes.

            En 1976, dans la foulée de la signature du programme commun, une alliance entre le PS et le PCF est envisagée, les communistes aux côtés des habitant-e-s luttent pour minimiser le poids des impôts locaux qui ont subis une hausse de 50%.

            Lors du premier tour des élections municipales du 13 mars 1977, 3 listes sont en présences: celle du Maire sortant Roger Deschaux avec une alliance PS et anciens Conseillers étiquetté "centristes", celle de la droite avec Michel Vieux-Melchior et la liste communiste co-conduite par Georges Mottin et Michel Barrionuevo, notre liste obtient 24,21% de moyenne de suffrages. La liste du Maire sortant gagne 3 élus, mais se retrouve pour la première fois, en ballotage.

            L'union est réalisée pour le scrutin du second tour et c'est ainsi que pour la première fois, 6 élu-e-s communistes font leur entrée au Conseil municipal de Sassenage, sur les 23 Conseillers de l'époque.

            En 1989, il y aura une nouvelle tentative du PS et de ses alliés de reprendre sa revanche vis à vis de la droite qui avait remporté les municipales de seulement 17 voix en 1983. Dans ce scénario, les communistes sont exclus, après l'annonce du dépôt de la liste dite "de gauche", il ne reste qu'une dizaine de jours avant la clôture. Du côté de la commune voisine de Fontaine, la même tentative d'élimination des communistes est entreprise.

            Dans ce laps de temps très court, nous sommes parvenus à constituer une liste de rassemblement comprenant des communistes, des sympathisants socialistes et démocrates en désaccord avec la stratégie du PS conduite par Michel Barrionuevo qui sera le seul élu communiste de 1989 à 1995, du côté de Fontaine, c'est la liste conduite par Yannick Boulard qui remporte les municipales.

            Tirant les enseignements de ces municipales, en 1995, l'union est réalisée dès le premier tour et la gauche remporte les municipales.

            1977-2017: Michel Barrionuevo incarne ces 40 ans de présence communiste au sein du Conseil municipal de Sassenage, ce cette utilité de disposer d'une voix différente mettant en avant l'intérêt des populations, notamment les plus fragilisées. A l'heure où la question de la gratuité des transports est mise en avant, sur Sassenage, nous l'avions mis en place pour les transports scolaires, aujourd'hui, la droite a cassé ce conquis important pour les familles.

            40 ans, ça se fête, et cette fête se tiendra le 31 mars 2017 à 19H à la Maison des Clubs, rue du 8 mai 1945 (derrière la piscine) à Sassenage !

            Je m'inscris à cette initiative, en utilisant le formulaire

             

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans Sassenage - Objectifs
            commenter cet article
            10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 18:16

            Après plusieurs autres intervenants, voici ce que j'ai dit lors de la séance du Conseil municipal du 9 mars 2017 et la réponse reçue:

            Michel Barrionuevo : « nous ne sommes pas conviés à l’accueil des nouveaux habitants, vice-président d’une association subventionnée, je vous demande un vote séparé, au passage j’indique que de sa création à 2014, cette association percevait 550€ avec nettement moins d’adhérents et depuis sa subvention a été baissée à 300€, pourtant elle rayonne sur plus de 120 personnes, cette baisse, c’est vis-à-vis de qui ou pourquoi ? »

            Christian Coigné : « Les Présidents, vice-présidents et trésoriers ne pourront prendre part au vote concernant leur association. Il n’y a pas de favoritisme, les subventions répondent à des critères, certaines interviennent dans les écoles. Je vous donne un exemple, les donneurs de sang ont 300€, c’est le même montant que la Société mycologique, quand aux commissions, elles n’étaient pas positives. »

            Nous avons voté Pour, Michel Barrionuevo n’a pas pris part au vote concernant la Société mycologique de Sassenage.

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans Sassenage - Réagir
            commenter cet article
            10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 17:49

            A l'ordre du jour, de ce Conseil municipal du 9 mars 2017, il y avait également l'avis à donner sur le Plan Local de l'Habitat (PLH), Pierre-Manuel Chauvet était le premier du groupe " Agir pour Sassenage" à intervenir: " je porte à votre connaissance et au débat, les faits marquants et les analyses clés de la Chambre régionale des comptes Auvergne Rhône-Alpes dans son rapport de février dernier relatif au logement social face au défi de l’accès des publics modestes et défavorisés.

            Les magistrats de la chambre régionale relèvent tout d’abord une concentration forte du parc social sur quelques communes. Ces chiffres sont particulièrement éloquents : 75 % du parc social métropolitain est concentré sur 4 communes (Grenoble, Echirolles, Saint-Martin-d’Hères et Fontaine).  La cour parle même de phénomène de « saturation ".

            Séverin Batfroi : « Nous savons que nous avons des manques et que nous sommes en carence, nous ne sommes pas d’accord pour bâtir n’importe où. Les communes que vous avez citées, il faut remonter l’histoire et comment les choses ont été conçues, pour le Parti communiste, c’était avant tout par électoralisme. Cette délibération n’est pas acceptable, Seyssinet a voté contre »

            Intervention de Michel Barrionuevo

            Suite à l’intervention de Monsieur Batfroi, sur les communistes, je tiens à dire que la première des préoccupations des municipalités communistes est et a été de satisfaire le droit au logement pour tous. Il me semble que votre père, Monsieur Batfroi a été adhérent du parti communiste, il a du vous inculquer ce type de valeurs qui sont les nôtres. Je ferme la parenthèse.

            Je partage pleinement le copié/collé de la partie 1 de cette délibération qui est une synthèse du document de 610 pages élaboré. Les désaccords vis-à-vis de l’orientation de la Métropole figurent dans la partie 2.

            Il est dit, je cite : « la commune de Sassenage n’est pas favorable à la production de 35% de logements sociaux PLUS/PLAI pour toutes les opérations de logements, et comprenant à minima 40% de PLAI sur son territoire. Cette orientation est de nature à contribuer au déséquilibre des opérations de mixité sociale, et apparait donc comme un frein à la production de logements. »

            Dans le Sassenage en Pages du mois de mars, vous reconnaissez qu’au regard d’un fichier, il y a 400 demandes non satisfaites sur notre commune.

            La loi SRU a été publiée au journal officiel le 14 décembre 2000, à cette époque, les communes de plus de 3 500 habitants ont eu pour obligation d’atteindre 20% de logements sociaux, la loi du 18 janvier 2013 a porté ce pourcentage à 25%.

            Celles et ceux qui habitent dans une tour et je suis dans ce cas,  ce n’est pas comme vous l’avez écrit dans le magazine municipal, parce qu’ils s’y plaisent et y trouvent leur bonheur ; c’est avant tout, parce que leurs moyens financiers ne les autorisent pas à accéder à un autre type d’habitat.

            C’est d’ailleurs la raison pour laquelle beaucoup de citadins choisissent d’habiter à l’extérieur de l’agglomération où les prix sont moins onéreux.

            Nous avons besoin d’être logiques avec nous-mêmes, nous ne pouvons pas déplorer les queues interminables de véhicules aux heures de pointe et nous opposer à la construction d’habitations rapprochant les familles de leurs lieux d’exercice d’activité professionnelle.

            Nous devons prendre toutes les mesures pour diminuer la pollution, avec tous les risques sanitaires liés et l’urbanisme peut concourir à une vie meilleure.

            On ne peut pas faire la fine bouche et décréter que le vrai choix de vie à la sassenageoise soit avant tout, les habitations réalisées à l’horizontale, dévoreuses d’espaces.

            Dans le projet Métropolitain qui nous est proposé, 4 mises en chantiers sur la période 2017-2019 : un lotissement au nord de la commune, un à l’ancienne école des Côtes, un au centre Bourg, le terrain GLD. Pour la période 2020-2022, 4 autres mises en chantier : domaine de Beaurevoir, les Glériates, Cars du Vercors et Portes du Vercors.

            L’objectif du SCOT que nous avons voté dans cette enceinte est de 6,5 logements par an par tranche de 1 000 habitants, soit pour notre commune, 74 logements sociaux par an, ce qui correspond bien au document soumis à notre approbation par Grenoble Alpes Métropole.

            Séverin Batfroi : « Ce n’est pas mon père qui faisait partie du parti communiste, c’était moi, aux jeunesses communistes, lorsque mon père a voulu avoir une logement on lui a demandé de prendre sa carte, j’étais là et je l’ai entendu. »

            Jean Pierre Serailler   « Nous sommes sur la loi SRU avec 25% en 2025. Jusqu’à présent, 80 à 100 logements ont été construits chaque année, pour rattraper ce que la loi SRU prévoit il faut attendre 2100, ou bien passer à un rythme de 150 lagements par an.

            Au niveau des risques, le PGRI nous impacte fortement, on ne peut plus construire et on ne pourra pas respecter cette loi. »

            Ensuite sont intervenus Yannick Belle puis Christian Coigné, le compte-rendu intégral sera bientôt disponible sur le site du groupe

            Nous avons voté contre cette délibération appelant à émettre un avis défavorable au PLH 2017-2022

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans Sassenage - Réagir
            commenter cet article
            10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 17:38

            Budget principal Ville – Vote du budget primitif 2017, intervention de Michel Barrionuevo au Conseil municipal du 9 mars 2017

            Après le Compte administratif 2016 et l’affectation des résultats au budget primitif 2017, les inquiétudes que nous avions exprimées lors du débat d’orientation budgétaire se font jour, ce que M. Merle a appelé, l’effet ciseaux.

            Par rapport à ce que nous avons entendu, il y a un mois,. Dexia, ce n’est pas l’os à ronger de l’opposition trouvé dans une poubelle politique, ni le désert des tartares, pour reprendre vos expressions.

            C’est une réalité, une épée de Damoclès qui plombe nos finances. Êtes-vous en mesure dès aujourd’hui de nous donner le montant précis des intérêts non payés depuis 2011 pour chacun des deux prêts, ainsi que les pénalités afférentes ?

            Avoir cette vision est d’une grande importance, car si la Cour d’Appel confirme le jugement du Tribunal de Grande Instance, les sassenageois sont en droit d’être inquiets sur le devenir de leur commune.

            L’autofinancement, après remboursement du capital et des provisions des intérêts structurés ne dégage que 287 K€ environ. Nous ne pouvons pas recourir à l’emprunt.

            Les dépenses nouvelles d’investissement sont de l’ordre de 700K€ sur les 3,587 millions d’euros de dépenses réelles.

            Comment financer, si ce n’est prendre dans les provisions antérieures réservées au paiement de la dette DEXIA ?

            Les dotations, subventions et participations sont en baisse de près de 17%, ce qui représente 240K€. La vente d’immeubles pour dégager des finances supplémentaires sur la commune a son revers, la baisse de loyers liée à la réduction du patrimoine communal, soit environ 6,7K€.  Vous prévoyez une hausse moyenne du produit des services d’un peu plus de 3%, les familles devront débourser environ 40K€ supplémentaires, par rapport à 2016. La faible augmentation des bases locatives décidée nationalement sur les impôts locaux ne représente qu’environ 34K€ de plus.

            C’est un budget d’austérité qui nous est proposé.

            Dans cette enceinte, il y a un mois, un élu a affirmé que nous faisions partie des rares communes à ne pas baisser les subventions aux associations.

            Cartes sur tables, faisons le bilan : une association en moins subventionnée à 200€, 5 nouvelles associations percevant un montant total de 1 500€, cela équivaut à 1 300€ à prévoir en plus.

            Alors, regardons de plus près : par rapport à l’an dernier ce qui est prévu, ce n’est pas le maintien, mais une baisse.

            En effet, en 2016 notre commune a attribué 272 669€ contre 259 479€ pour 2017.

            Les petites phrases à l’honneur tombent très vite vis-à-vis de la réalité. Nous ne pouvons qu’être favorables au développement de la vie associative et nous féliciter de la création de ces 5 nouvelles associations.

            Le développement de la démocratie exige des moyens qui en retour apporteront un plus à la vie collective de notre commune. A Sassenage, la masse des subventions diminue de 13 190€, où est le maintien ou est le plus.

            Lorsque l’Académie de danse Corps et graphie connue pour ses animations de très grande qualité, qu’avec tous les présents lors des vœux du Conseil municipal à la population nous avons pu apprécier, est reléguée à la seconde place des subventionnements communaux, avec moins 9 500€, cela nous interroge ! Certes, des modifications de structure sont intervenues, nous les intégrons mais nous tenons à réaffirmer que nous serons vigilants pour le maintien du minima. Ensuite, sur le scolaire vous faites une économie de 8 000€ au niveau des CLIS, est-ce à dire que ces enfants désavantagés seront les victimes de cette récession ?

            Le groupe Agir pour Sassenage votera contre ce projet de budget.

            Réponses : Jérôme Merle : « depuis 2014, c’est 841 000€ de pertes cumulée »

            Jérôme Boétie Di Castano : « je suis en opposition avec ce qu’a dit M. Barrionuevo sur les associations, il ne sait pas lire un tableau, les associations sportives ont eu les mêmes montants, cette année et M. Vendra s’exprimera pour les autres. »

            Séverin Batfroi : « Je trouve que c’est un budget réaliste et je n’ai pas entendu que c’était un budget sans ambition, la logique arithmétique impose des baisses à chaque secteur. Je rejoins ce qui a été dit sur les associations et je ne vois pas où il y a des baisses. Avec Corps et Graphie, il y a un accord avec l’association. Si vous parlez de choses extraordinaires, cette info d’une autre commune comme la ville de Seyssins montre comment l’on traite les associations appelées à participer à l’entretien des gymnases, avec une contribution de 12€ par personne pour les fluides, le coût du ménage, cela est passé sous silence. Quand nous arrivons à de telles extrémités, nous pouvons qu’à Sassenage les subventions sont préservées, nous sommes sur la bonne pente et fiers des décisions de notre commune. »

            Mohamed Benarougha : « On se trompe de délibération, c’est une façon de mélanger les genres, c’est un budget sincère, il donne les garanties de prestations que les gens attendent. Quand nous comparons quelque chose, il faut voir que les dotations ont baissé de 34% et les subventions n’ont pas bougé, le CLIS dépend de l’État au niveau des écoles, à un moment donné, il faut mettre l’Etat devant le fait accompli ! »

            Yannick Belle : « Seyssins, c’est 7 000 habitants et 800 000€ aux associations contre 259 000€ à Sassenage »

            Severin Batfroi : « La subvention de Seyssins est à ce niveau parce qu’elle intègre l’école de musique qui n’est pas communale. »

            Christian Coigné : «  Michel Barrionuevo arrête avec Dexia, nous avons fait un choix supporté par les sassenageois. Le Président de la République avait dit qu’il s’attaquerait aux banques et il ne l’a pas fait. Il ne faut pas faire peur aux sassenageois, on continue à payer le capital et les provisions des intérêts et intérêts de retard sont consignés. Si nous gagnons, c’est le jackpot, vos actions sont plutôt négatives. Avec les sassenageois, nous avons décidé d’aller au combat, le budget est prévu, nous avons un moins de trésorerie.Ce n’est pas la peine de lever le drapeau en disant que si nous perdons, on ne va pas y arriver. Il n’y a pas baisse de subvention aux associations, on continue à assurer les services. Le CLIS n’est pas réduit, c’est un changement de ligne d’affectation, nous financerons les factures des autres villes qui accueillent nos enfants. Je ne pense pas qu’il s’agisse d’un budget d’austérité, ce budget est la marque de notre politique. Notre gestion est combien d’argent avons-nous et nous faisons avec. L’évolution va être critique même si nous avons anticipé sur nos dépenses. Nous comptons de moins en moins d’argent public, même si certaines intercommunalités dépensent au-delà de leurs moyens. Ce budget un va le passer et peut-^tre un peu mieux, on ne fait pas ce cavalerie. Il faudra se poser des questions pour trouver de nouvelles idées pour innover, pour reduire nos dépenses de fonctionnement sans diminuer la qualité. C’est tous les jours au quotidien qu’il faut serrer la vis, on tient ce qui permet d’avoir un budget serein. »

            Nous avons voté Contre

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans Sassenage - Réagir
            commenter cet article
            10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 17:23

            Compte administratif 2016 – Budget Principal de la Ville, intervention de Michel Barrionuevo, au Conseil municipal du 9 mars 2017

            Le compte administratif 2016 a maigri de 54 pages par rapport à celui de l’année précédente, c’est un toilettage pour le moins conséquent qui nous prive d’éléments.

            Dans les annexes, éléments du bilan de 2015, l’état des provisions sur le montant des reprises comportait le montant de 3,583 millions d’euros et celui des 297K€ de cumul pour la renégociation de la dette DEXIA.

            Sans pour autant partager votre politique de gestion, l’an dernier, nous avions voté pour, ce qui ne pourra pas être le cas pour le CA 2016.

            L’effet magique observé de ce toilettage se traduit par une mise à zéro dans la même colonne de reprises, d’une année sur l’autre.

            Cela abouti à un paradoxe pour le moins spectaculaire, dans la nouvelle présentation, de ce compte administratif, comme par exemple, la somme de 1 euro inscrite pour la parcelle du Furon dans les amortissements, et la non inscription du cumul antérieur de provisions pour les intérêts des deux emprunts structurés qui représentent plusieurs millions d’euros.

            Nous nous abstiendrons !

            Réponse de M. le Maire : « vous savez ce que je pense des fonctionnaires parisiens, ils lancent de nouvelles actions, le temps que les communes démarrent, le processus de financement est arrêté. Nous avons raison de nous inquiéter sur la DGF qui est en baisse. Le rôle de l’État devrait être l’aide aux actions des collectivités, ce n’est pas ce qu’il fait. Ce qu’il faut retenir, c’est que nous avons réusii sans augmentation à tenir nos engagements ! »

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans Sassenage - Réagir
            commenter cet article
            10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 17:16

            Conseil municipal du 9 mars 2017: intervention de Michel Barrionuevo

            Notre question concerne les décisions N° 2017-015 et 2017-021 qui sont liées à une même affaire.

            La première évoque un litige sur les risques naturels affectant le secteur dit du Pré du Bourg et le terrain d’assiette du bâtiment qui oppose notre commune à Zanon et Duo Vitrerie.

            La seconde concerne le même secteur pour une analyse en urgence et toutes affaires cessantes d’une requête en référé, la rédaction d’un mémoire en défense, la préparation de l’audience y afférente au Tribunal administratif.

            Sur la première décision, il est mentionné la signature d’une convention entre la commune et Maitre Sandrine Fiat, avocate au barreau de Grenoble pour un montant TTC de 2037,60€. Cette convention n’est pas jointe à la décision.

            Sur la seconde, il y a bien la convention d’honoraires pour un montant TTC de 3 000€, par laquelle nous apprenons que la commune de Sassenage a édicté un arrêté à l’encontre de la société Duo Vitrerie interdisant sous 10 jours l’occupation du bâtiment propriété de Monsieur Zanon. La société Duo Vitrerie a initié une requête en référé liberté audiencée le 16 février.

            Pourriez-vous, nous donner de plus amples informations ?

            Réponse de M. le Maire : « Il y a quelques années, en 2002, une étude sur le merlon derrière Go-Sport a été réalisée après un éboulement. Nous avons demandé l’aide de la DDT qui n’a jamais donné de réponse pour savoir si l’étude sur les risques était toujours valable, nous avons fait faire une étude auprès du bureau d’étude Sage sur la limite des risques. Après une rencontre avec M. le Préfet, RTM et Sage, la DDT a reconnu que l’étude correspondait aux lignes définies. Confronté à un vrai risque avéré, il y a un an, nous avons averti Zanon que la société Duo Vitrerie qui a 2 salariés était en zone rouge. Cette société nous a demandé beaucoup d’argent pour assurer son départ. Depuis cette période, l’entreprise n’est plus assurée, c’est donc dans ce contexte que j’ai pris un arrêté conforme, après conseil de notre avocate. Duo Vitrerie a introduit une action en justice au travers d’un référé qui a rejeté les demandes de cette SARL, demandant une compensation de 150 000€, du fait qu’une acquitte un loyer à moitié prix par rapport à la loi du marché. Avec cet arrêté expulsion ma responsabilité est un peu dégagée, j’ai également considéré que la responsabilité du propriétaire était engagée puisqu’elle a signé un bail dans une zone rouge. Ces entreprises vont déposer un recours en suspension, nous pensons que les solutions doivent être trouvées par le propriétaire et le locataire. »

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans Sassenage - Réagir
            commenter cet article
            8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 09:58

            Cette année, la correspondante locale du Dauphiné Libéré était présente pour couvrir cet évènement né du hasard. En effet, en 1985, la section PCF de Fontaine décide une distribution de tracts et de fleurs à l'entreprise Confection 2000, il en reste et je décide d'aller en faire de même à la mairie et au secrétariat du Centre technique qui étaient à l'époque à la place de la superette du village et à la malle poste. L'année suivante, le 8 mars est un samedi, et le personnel féminin qui avait fortement apprécié cette initiative me dit:" Monsieur Barrionuevo, cette année il n'y a pas d'élection, alors nous ne vous avons pas vu". Immédiatement, j'ai pris l'engagement que tant que je serai élu, la journée internationale des droits des femmes serait honorée, en précisant si le 8 mars est un samedi, ce sera la veille, s'il tombe un dimanche, le lendemain.

            Pour la 32ème fois, avec mes camarades communistes de Sassenage, nous étions présents !

            Dans le journal, l'article consacré à cette journée indique:
            L’actualité nous montre des reculs des droits conquis par les femmes. Selon M. Fillon, nous ne devrions pas avoir droit à l’interruption volontaire de grossesse. Selon Marine Le Pen et le front national, il faut nous renvoyer à la maison pour faire des enfants pour la Nation.
            Nous sommes impliquées dans notre travail, nous y sommes compétentes et créatives. En nous maintenant au bas de l’échelle, on prive le pays de cet apport et on l’empêche d’avancer.
            Nous aspirons à pouvoir profiter de notre vie de famille sans étouffer sous les journées impossibles, sans renoncer à notre carrière, sans assumer seules les tâches du quotidien.
            Tant que l’égalité n’aura pas conquis les foyers, chacune et chacun vivra avec son lot de moments gâchés, d’amertume, de regrets. Dans ce domaine, nous voulons choisir, avant tout - de nous marier, ou pas, avec un homme, ou avec une femme - d’avoir des enfants, ou de n’en pas avoir. Toutes les pressions et tous les obstacles qui nous en empêchent renvoient la promesse de liberté inscrite sur le fronton de nos mairies à un mot vide de sens.
            Nombreuses sont nos luttes qui ont permis de conquérir des droits qui, non seulement, ont amélioré la vie des femmes mais fait progresser la société tout entière.
            Il ne faut pas lâcher ce combat et notamment lors des élections présidentielle et législatives.
            L’interruption volontaire de grossesse est un droit fondamental, qui doit à ce titre être inscrit dans la Constitution, afin de mettre un coup d’arrêt définitif à ceux qui voudraient nous en priver.
            La justice et la police doivent être au service des femmes pour en finir avec toutes les violences sexistes, les injures, le harcèlement, les coups, les viols.

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans Sassenage - Objectifs
            commenter cet article
            3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 13:48

            Lors de la Conférence de presse de ce vendredi 3 mars, le binôme de candidats (Myriam Martin et Laurent Jadeau) présenté aux élections législatives des 11 et 18 juin prochains a souligné ce qui nous caractérisent c'est l'attachement à ce territoire !

            Pour Myriam Martin :

            Un temps fort de notre démocratie va avoir lieu les 11 et 18 juin 2017: l'élection de nos députés à l'assemblée nationale, ceux-là même qui proposent et votent les lois de notre pays.

            Je suis candidate pour le PCF sur la 4ème circonscription de l'Isère.

            Native de Vizille, j'ai grandi à Pont de Claix où je vis de nouveau après avoir passé 10 ans à Bourg d'Oisans. Arrière petite fille d'immigrés Italien installés à Venosc, mon arrière Grand-Père a participé à la construction du barrage du Chambon puis il a été mineur à la Mure, décédé de la silicose. Fille et petite fille d'ouvrier, moi même ouvrière syndicaliste plus de dix ans à Becton Dickinson, je suis aujourd'hui encadrante et chargée d'insertion pour personnes en situation de handicap.

            Je connais bien la 4ème circonscription, la diversité et la beauté de ses paysages, ainsi que sa population des quartiers populaires, des milieux montagnards, ouvriers, agriculteurs, des saisonniers du tourisme aux agents des services publics, ses nombreux artisans, ses retraités, ses écoliers et sa jeunesse. Nous avons tous un point commun : nous ne voulons plus avoir peur du lendemain, nous voulons de nouveau "les jours heureux".

            Le Parti Communiste Français n'a pas à rougir des avancées sociales conquises par ses députés. Nous leurs devons entre autre la Sécurité Sociale qui a pu voir le jour grâce à la détermination du ministre communiste Ambroise Croizat et des militants communistes combatifs à travers le pays qui ont su faire de cette belle idée une réalité. Aujourd'hui nous mesurons tous toujours l'importance de la sécu dans notre quotidien. C'est le premier rempart contre la pauvreté et la maladie.

            Ce sont ces communistes qui me donnent l'envie de m'engager. Je suis fière de leur héritage et je ferai tout pour en être digne.

            Voter pour des candidats communistes, c'est voter et prendre part à la construction d'une société plus juste, plus solidaire, plus humaine. C'est prendre le parti d'une France en commun.

            Aujourd'hui, ce que nous avons en commun ce sont les services publics. Ils sont partout, ils sont notre quotidien !

            Moins de moyens pour eux, c'est moins de moyens pour nous ! Ils sont l'avenir et toujours la promesse de progrès, de développement. Ils servent l'interêt général et sont pourvoyeurs d'emplois, tout particulierement sur nos territoires. Nous nous engageons à les défendre et à les renforcer.

            Voter communiste, c'est défendre l'emploi, notamment les emplois industriels. C'est aussi ne pas reculer devant des revendications légitimes que plus personne ne défend ! Nous demandons une hausse générale et significative de tous les salaires, de toutes les pensions et de tous les minimas sociaux. De l'argent il y en a, la France est championne toute catégorie pour le versement de dividendes aux actionnaires.

            Voter communiste, c'est tout mettre en oeuvre pour l'égalité territoriale, spécialement sur la question des transports et des infrastructures. Nos territoires sont vastes et les paysages variés. Nous voulons des transports publics de qualité et des routes adaptées à nos besoins.

            Aussi, je proposerai une loi pour péreniser la gratuité des transports pour les scolaires et l'étendre à tous les scolaires de France. L'école est gratuite, s'y rendre devrait l'être aussi quelque soit notre lieu de résidence.

            Il est temps d'envoyer à l'assemblée nationale des élus qui connaissent la réalité du quotidien et qui sont les mieux placés pour proposer des lois en rapport avec nos vrais besoins. Vous pouvez me faire confiance pour porter haut et fort la voix des gens "d'en bas"!

            Pour Laurent Jadeau :

            Fontainois de toujours, je connais parfaitement tous les recoins de cette 4ème Circonscription.  J'ai adhéré au PCF le jour de la réélection de Louis Maisonnat comme député de ce territoire en 1981. Son action, tant dans ma vile que comme député m'a profondément  marqué.

            J'ai d'ailleurs été candidat ici même à deux reprises, en 2010 et 2012.

            Engagé depuis mon adolescence dans les mouvements éducatifs, sportifs et syndicaux, j'ai toujours œuvré pour construire une société de solidarité, de partage et de justice. Instituteur de métier, j'ai enseigné pendant plus 20 ans en éducation prioritaire. Je  suis aujourd'hui élu de terrain dans ma ville de Fontaine, j'ai en charge les questions d'éducation, d'enfance et de petite enfance.

            Ces élections législatives, loin du Barnum désespérant de l'élection présidentielle, constituent pour moi le véritable moment où se décidera la politique de notre pays pour les 5 années à venir. La question qui va se poser pour chacun d'entre nous est "stop ou encore" ? Va-t-on enfin tourner le dos aux politiques libérales qui détruisent les services publics, asservissent les salariés aux choix de la finance.

            Avec Myriam Martin, nous portons des propositions radicalement nouvelles, et véritablement de gauche. Nous voulons en finir avec ces politiques d'austérité et redonner les moyens aux communes, à l'école, à la santé publique. L'argent doit être utilisé pour le bien-être de tous, et non pour l'accaparement de quelques-uns !

            A l'exemple du travail des parlementaires communistes lors de ce quinquennat, qui ont été les seuls à ne jamais plier sur les enjeux fondamentaux, comme la funeste loi "El-Khomri", nous ne lâcherons rien.

            Dans les jours et les semaines qui viennent, nous irons à votre rencontre pour vous faire partager nos propositions, et écouter les vôtres.

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans 4eme-Circo-Isère
            commenter cet article
            3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 09:26

            Évasion, optimisation fiscale et fraude font perdre chaque année entre 60 et 100 milliards d’euros au budget de la France et plus de 1 000 milliards en Europe. Conséquences de la lutte molle de nos gouvernements, l’école, la culture, l’hôpital, la justice, les équipements publics, les collectivités perdent des moyens pour répondre aux besoins des citoyens.
            Deux frères, l’un député, l’autre sénateur, tous deux nordistes et maires de leurs communes, hommes politiques de terrain et militants engagés, font bouger les lignes dans le cadre de leur mission sur la piste des "sans domicile fisc ".

            Toutes les informations dans le PDF déroulant ci-dessous !

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans Actualités
            commenter cet article
            Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -