Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil du Site

 

Visiteurs du Blogcompteur de visites html

 

 

https://www.facebook.com/trovero2017

 

 

Recherche

Sassenage à la Une

            11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 15:25

            La déclaration de Pierre Gattaz, le nouveau patron du MEDEF réclamant à l’État 100 milliards d'euros supplémentaires, sous la forme d'allégements de cotisations, d'augmentations de la TVA et de la CSG est à rapprocher du dernier rapport publié ce jeudi 11 juillet 2013 par l'hebdomadaire "Challenges" qui montre que les 500 premières fortunes de France ne connaissent pas la crise.

            Elles ont même vu leur richesse globale augmenter de près d'un quart en un an.

            Son montant s'établit à 330 milliards d'euros et n'a jamais été aussi élevé depuis 1996, année où Challenges a lancé le classement des "500".

            Ce groupe de 500 compte 55 milliardaires, 10 de plus que l'année dernière. Les dix premiers du classement ont vu leur fortune croître de 30 milliards en douze mois, à 135 milliards (40% du total).

            En une décennie, les plus riches ont vu leurs fortunes quadrupler :

            • ils représentent aujourd'hui, 16% du produit intérieur brut du pays,
            • Ils comptent  pour 10% du patrimoine financier des Français.

            Ainsi,  un dixième de la richesse du pays est entre les mains d'un 100 millième de la population.

            En tête de liste, Bernard Arnault PDG de LVMH, qui voulait émigrer en Belgique, affiche une fortune de 24,3 milliards d'euros, en hausse de 3,1 milliards. Il est suivi de l'héritière de l'Oréal, Liliane Bettencourt, avec une fortune de 23,2 milliards, qui a fait un bond de 7,9 milliards.

            Gérard Mulliez, du groupe de distribution Auchan, arrive non loin derrière avec 19 milliards (+ 1 milliard), suivi de Bertrand Puech (Hermès)dont la richesse s'est maintenue à 17,4 milliards. Les suivants sont Serge Dassault, du groupe industriel Marcel Dassault (12,8 milliards d'euros), François Pinault (Kering, 11 milliards), Vincent Bolloré (Bolloré, 8 milliards), le "roi de la bière et du vin" Pierre Castel (7 milliards) , qui fait cette année son entrée dans le Top-10, Alain Wertheimer de Chanel (7 milliards), lui aussi nouveau membre du club des 10.

            Enfin le dernier du Top-10 est le fondateur de l'opérateur Free, Xavier Niel, entré dans le classement des 500 plus grandes fortunes de France en 2003 avec 80 millions d'euros et qui pèse actuellement plus de 70 fois plus (5,9 milliards).

            De l’argent, il y en a dans les poches du patronat, dans les coffres des possédants, dans les banques, ici ou dans les paradis fiscaux, sur les marchés financiers partout dans le monde. Il circule, il se cache, il est surabondant.

            C’est cet argent qui ne va pas à l’investissement productif, au logement, au développement des services publics, à la protection sociale. C’est cet argent qui manque en fin de mois aux salariés condamnés aux petits salaires, au chômage, aux petites retraites, aux minima sociaux.

            Partout, on nous dit que nous coûtons trop cher  ! Mais c’est nous qui, par notre travail, créons la richesse  !

            Alors oui, il est temps que les salariés mettent les pieds dans le plat

             

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans Politique
            commenter cet article

            commentaires

            Député-e-s Front de gauche 11/07/2013 20:21

            La 18ème édition du classement des 500 Français les plus riches publié chaque été par Challenges établit que la fortune totale des 500 Français les plus riches a progressé de presque 25 % en un an pour un montant total de 330 milliards d’euros, soit l’équivalent du budget de l’Etat et 16% du PIB.
            Ces fortunes sont le résultat du véritable hold-up de la rente sur le travail. Il est inacceptable, dans ce contexte, d’imposer à nos concitoyens de se serrer la ceinture, en bloquant les salaires, en exigeant toujours plus de sacrifices, en leur demandant de renoncer à leurs droits sociaux fondamentaux, comme le droit à la retraite à 60 ans.
            Les député-e-s du Front de gauche refusent cette austérité, qui a au final pour seul effet d’alimenter l’économie de casino.
            A l’heure où 80 000 de nos concitoyens sombrent chaque mois dans la pauvreté, il y a urgence à oeuvrer pour une autre répartition des richesses et à légiférer afin de plafonner les revenus des patrons. On ne peut compter, comme le soutient le Ministre de l’Economie et des Finances, sur une prétendue autorégulation !
            C’est un enjeu de justice sociale et d’efficacité économique.

            Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -