Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil du Site

 

Visiteurs du Blogcompteur de visites html

 

 

https://www.facebook.com/trovero2017

 

 

Recherche

Sassenage à la Une

            2 août 2013 5 02 /08 /août /2013 12:41

            Association départementale des élus communistes et républicains
            COMMUNIQUE DE PRESSE
            INTERCOMMUNALITE ET METROPOLES


            Alors que se décide actuellement la fusion des intercommunalités du Sud Grenoblois et de Grenoble Alpes Métropole, les élu-e-s communistes et républicains rappellent qu'une intercommunalité doit se concevoir autour de collectivités qui décident des limites de leur collaboration, sur la base d'une volonté commune de mener des politiques et de faire mieux ensemble pour répondre aux besoins des populations.

            Or aujourd'hui, l'ensemble des communes concernées par cette nouvelle fusion n'y sont pas favorables.
            Chacune et chacun s'accorde à dire qu'il doit y avoir coopération autour de projets de territoires, que la solidarité doit guider les fusions d'intercommunalité ; comment accepter alors des fusions forcées comme c'est le cas ici ?
            Ce projet ne serait-il pas guidé par un seuil de 400 000 habitants dans une aire urbaine de 650 000 habitants à atteindre pour devenir une métropole, nouvelle institution créée par la loi et dont Grenoble et son agglomération pourrait bénéficier si cette fusion se réalise...?
            Mais au fait, à quoi va servir la métropole, à qui va-t-elle apporter des réponses ?
            Sa principale raison d'être est de se conformer à une rationalisation des dépenses bien que cela soit au détriment des besoins des populations. Les défis métropolitains en matière de transports, de logement et d'urbanisme, d'aménagement du territoire, d'égalité d'accès, d'urgence sociale, d'écologie et de relance industrielle seront passés au crible des exigences budgétaires et devront répondre aux exigences européennes.
            Or pour les élu-e-s communistes et républicains, ces défis doivent s'appuyer sur les projets issus des territoires, décidés avec les citoyennes et les citoyens dans chaque commune et intercommunalité et coordonnés avec les départements et les régions, appuyés sur des services publics et des politiques de lutte contre les ségrégations sociales, sans que L'Etat n' abandonne son rôle de garant de l'égalité entre les territoires ni son devoir de solidarité nationale, au nom de la réduction des dépenses publiques.
            Avec la métropole, il est question de fusion de périmètre, d'extension et de transfert des compétences, de conventionnement avec le Département, de partage avec la Région, mais sans donner aucune explication sur les raisons de ces changements ; de plus, on n'explique pas que ce projet concentre sur les métropoles un nombre très important de compétences, remettant ainsi en cause le rôle de chaque niveau de collectivités territoriales. Les régions auront énormément de pouvoirs et rentreront en concurrence avec les métropoles.

            Les communes et les départements seront vidés de leur capacité d'initiative par la mise en place de schémas contraignants hors desquels les cofinancements seront impossibles. Faute d'une réflexion sur un aménagement du territoire équilibré, le projet de loi porte dans ses fondements l'éclatement de l'égalité républicaine : il vaudra mieux vivre dans des territoires riches et pleins d'avenir que dans des régions définies comme pauvres et archaïques !
            Ainsi, la métropole sera dirigée par quelques élu-e-s des grosses collectivités, épaulé-e-s par des technocrates, alors même qu'elles et ils pourront décider d'actions fondamentales à l'échelle de la métropole car la plupart des compétences stratégiques leur seront confiées. Cela va sans conteste créer de la distance entre les citoyen-nes et les élu-e-s qui prendront toutes les décisions, cela créera aussi de la distance entre les élu-e-s " au pouvoir" et toutes et tous les autres !
            Quand on bouleverse autant les institutions, il est indispensable qu'une consultation nationale soit organisée, pour les élu-e-s mais aussi pour les citoyennes et les citoyens. Toujours plus éloigné-e-s des lieux de décisions, ces dernier-ère-s sont les grand-e-s oublié-e-s de ces projets, à aucun moment, on ne leur a demandé leur avis.
            Les élu-e-s communistes et républicains de l'Isère demandent la mise en place d'une consultation démocratique par référendum dans chaque région concernée par ce projet.
            Grenoble, le 01/08/2013

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par ADECR Isère - dans Politique
            commenter cet article

            commentaires

            Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -