Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil du Site

 

Visiteurs du Blogcompteur de visites html

 

 

https://www.facebook.com/trovero2017

 

 

Recherche

Sassenage à la Une

            16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 09:17

            Le changement de majorité politique en 2012 peut-il laisser espérer un retour à une gestion publique et coordonnée de l’énergie hydraulique ?
            Annie David, sénatrice PCF-FdG de l’Isère, a fait part de son opposition à cette libéralisation lors d’une question d’actualité au Sénat (17 janvier 2013).
            Delphine Batho, alors ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie a déclaré le 24 octobre 2012, lors d’une audition par la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale, qu’elle était opposée à la libéralisation des barrages hydroélectriques. Ses propres termes : « C’est un sujet que je suis en train d’examiner, puisque vous le savez les concessions arrivent à leur fin dans les années à venir .... Moi je ne souhaite pas une nouvelle libéralisation. On me dit que les choses sont tellement engagées qu’elles doivent être suivies dans la même logique, donc j’ai demandé l’étude de scénarios alternatifs ».
            Elle a depuis été remerciée … Son successeur n’a pas donné suite à notre interpellation de juillet 2013.
            Marie-Noëlle Battistel et François Brottes (président de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale), députés PS de l’Isère, ont fait part de leurs
            réserves. François Brottes a chargé, en novembre 2012, Marie-Noëlle Battistel et Éric Straumann (député UMP du Haut-Rhin) d’un rapport sur cette question. Lequel devait être rendu trois mois plus tard. En ce début septembre, ce rapport n’est toujours pas finalisé...
            Madame Battistel a reçu une délégation du Front de Gauche le 22 juillet 2013. Elle a fait part des difficultés qu’elle rencontrait dans son opposition à la mise sur le marché des concessions face aux prétendants mais aussi aux ministres intéressés par les rentes que l’État pourrait en tirer.
            La Cour des comptes vient d’enjoindre le gouvernement d’accélérer le processus de
            privatisation des concessions afin que l’État récupère plusieurs centaines de millions d’euros de redevances d’ici 2020. On peut craindre le pire, à savoir, le bradage des biens publics que sont les ouvrages hydroélectriques.

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Front de gauche 38 - dans Politique
            commenter cet article

            commentaires

            Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -