Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil du Site

 

Visiteurs du Blogcompteur de visites html

 

 

https://www.facebook.com/trovero2017

 

 

Recherche

Sassenage à la Une

            26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 08:33

            dessin-ecole-publique.jpgLe Sénat a adopté en première lecture dans la nuit de vendredi à samedi, par 176 voix contre 171, le projet de loi de refondation de l'Ecole grâce aux voix des sénateurs communistes (CRC) qui ont obtenu le retrait de certains amendements alors qu'ils trouvaient, au début des discussions, que le texte "n'était pas assez ambitieux".

            "Les amendements que le gouvernement avait déposés visant à supprimer les avancées importantes que nous avions obtenues en commission ont été retirés", ont-ils souligné. "La nécessité d'obtenir l'accord du recteur avant que la Région n'arrête la carte des formations professionnelles initiales est conservé", se sont-ils réjoui. Les sénateurs communistes ont également souligné que "les avancées concernant le "socle commun" sont maintenues et approfondies, avec notamment la suppression de la référence aux compétences-clé européennes". "Enfin, nous avons obtenu du gouvernement le retrait des deux amendements déposés visant à introduire les dispositions contenues dans le projet de loi de décentralisation sur les compétences des Régions leur confiant le service public de l'orientation tout au long de la vie", ont-ils poursuivi.

            Le texte a été adopté par 176 voix contre 171. L'opposition UMP, UDI-UC a voté contre tandis que PS, CRC (communistes), RDSE (à majorité radicaux de gauche) et Écologistes ont voté pour. C'est l'un des rares textes du gouvernement a avoir été approuvé par le Sénat de gauche sans l'apport de voix de droite. La partie était pourtant loin d'être jouée, les sénateurs communistes dont les 20 voix sont indispensables à une majorité de gauche ne jugeant pas le projet à la hauteur de l'ambition.

            Le ministre de l'Education, Vincent Peillon a su faire des pas vers le CRC, retirant par moment certains de ses amendements, épaulé par les sénateurs PS, la rapporteure PS, Françoise Cartron et la présidente écologiste de la commission de la Culture Marie-Christine Blandin. Matignon était opposé à certaines de ces concessions et un bras de fer au sein de la majorité a émaillé en coulisse ce débat entamé mercredi, a-t-on indiqué de source parlementaire PS.

            >>> Lire : Plusieurs avancées dans le projet de loi sous l’influence des sénateurs communistes

            Le projet de loi d'orientation et de programmation pour la refondation de l'Ecole de la République et qui traduit plusieurs promesses de François Hollande a déjà été adopté par les députés le 19 mars. Il prévoit la création de 60 000 postes dans l'éducation en cinq ans, réinstaure une formation des enseignants dès la rentrée 2013 avec les Ecoles supérieures du professorat et de l'Education (Espe) et donne la priorité au primaire avec notamment un renforcement de la scolarisation des moins de trois ans. Il fixe de grandes orientations et devra pour partie être concrétisé par de futurs décrets ou circulaires.

            Désormais, le texte amendé va repasser en deuxième lecture devant les députés avant de revenir au Sénat. Vincent Peillon a expliqué qu'il "défendra jusqu'au bout les changements pertinents introduits au Sénat". Les sénateurs communistes ont indiqué qu'"ils agiraient jusqu’au bout pour que ce projet de loi soit encore amélioré".

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Site l'Humanité - dans Politique
            commenter cet article

            commentaires

            Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -