Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil du Site

 

Visiteurs du Blogcompteur de visites html

 

 

https://www.facebook.com/trovero2017

 

 

Recherche

Sassenage à la Une

            7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 11:23

            recueillement.jpgpierre-semard.jpgLe devoir de mémoire et de transmission de la connaissance des faits est indispensable pour lutter contre l'oubli et les révisions de l'histoire.

            Tel était le sens de l'hommage rendu à Pierre Sémard ce 7 mars 2013 par le secteur fédéral CGT des cheminots de Chambéry et le syndicat CGT des cheminots de Grenoble en présence de Bernard Thibault, Secrétaire général de la CGT, de Linda Bensella, Secrétaire de l'UD CGT de l'Isère, de Patrice Voir, Adjoint au maire de Grenoble et Conseiller régional, de François Auguste, Antoine Fatiga, Conseillers régionaux, de Jérôme Marcuccini, Secrétaire de la fédération de l'Isère du PCF, du Directeur de la SNCF.

            Christian Givaudan, au nom de la CGT a rappelé le parcours de Pierre Sémard, militant syndicaliste et politique au sein du Parti communiste français, élu Secrétaire général de la Fédération des cheminots le 26 juin 1934. En juin 1936, il fait partie de la délégation syndicale qui rencontre Léon Blum et les ministres concernés. Le gouvernement promet d'intervenir auprès des compagnies pour l'octroi de 21 jours de congé, les 40 heures, les conventions collectives et la réintégration des révoqués de 1920. Au nom de la CGT, Pierre Sémard se prononce en faveur de la nationalisation. Lorsque la SNCF est créée, il est un des quatre administrateurs issus de la représentation syndicale.

            Le 7 mars 1942, les Hitlériens ont fusillé Pierre Sémard, Secrétaire général de la Fédération des Cheminots, membre de la Commission Administrative de la Confédération Générale du Travail, membre du Comité Central du Parti Communiste Français.

            Son nom rappelle plus de 30 années entières qu'il a consacrées à la défense des intérêts de la classe ouvrière et du Peuple français, plus de 30 années de lutte et de sacrifices.

            Pierre Sémard disait: "Ce que nous devons défendre, ce n'est pas le profit capitaliste du rail et des transports, mais ce sont les commodités et les besoins des usagers et des cheminots. Ce que nous défendons dans le chemin de fer, c'est un grand service public qui devrait être au service de la collectivité et non au service d'une oligarchie financière."

            Patrice Voir, au nom de la Municipalité de Grenoble rappelait que cette ville a été faite Compagnon de la Libération par décret du 4 mai 1944, et de conclure par la lecture de quelques passages de cette dernière lettre de Pierre Sémard :

            J'attends la mort avec calme. Je démontrerai à mes bourreaux que les communistes savent mourir en patriotes et en révolutionnaires.hommage.jpg
            Dites à mes amis, les cheminots, que ma dernière volonté est qu'ils ne fassent rien qui puisse aider les nazis.

            Les cheminots me comprendront ; ils m'entendront ; ils agiront; j'en suis convaincu.
            Adieu, chers amis, l'heure de mourir approche. Mais je sais que les nazis, qui vont me fusiller, sont déjà vaincus et que la France saura poursuivre le grand combat.

            Le Directeur de la SNCF rappelant quand à lui, le travail de mémoire fait par cette société.

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par faustin9 - dans Actualités
            commenter cet article

            commentaires

            Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -