Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil du Site

 

Visiteurs du Blogcompteur de visites html

 

 

https://www.facebook.com/trovero2017

 

 

Recherche

Sassenage à la Une

            1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 10:49

            Avec Germaine, nous nous sommes connus lors de ma première participation à la réunion de la cellule François Blumet en octobre ou novembre 1974, c'était dans l'une des deux salles de l'ancienne gendarmerie à Sassenage.

            Germaine avait 62 ans et elle avait travaillé, comme Armand auparavant à Valisère, une fabrique de lingerie.

            En 1986, lors des obsèques d'Armand, Germaine m'a demandé d'intervenir à l'improviste pour rendre hommage à son mari et d'Armand ce qui m'était apparu le plus fort, c'était son combat constant pour la Paix, son amour du travail bien fait, son militantisme.

            Je voudrais remercier plus particulièrement René de nous avoir prévenu du décès de sa maman, et malgré la peine, de m'avoir, avec Claude consacré du temps pour préparer cet hommage.

            Claude, René, Josette, Evelyne et Michèle, à vous ses enfants, à vos conjoints et conjointes, aux petits enfants et à toute la famille, je voudrais au nom des communistes de Sassenage, vous adresser nos condoléances fraternelles.

            Dans le roman inachevé, Louis Aragon disait: " De la femme vient la lumière, et le soir comme le matin, autour d'elle tout s'organise."

            On ne peut dissocier Germaine, d'Armand, de cette histoire militante qui représente près d'un siècle.

            Ne pas les dissocier de cette largesse d'esprit et de cette générosité de cœur qui faisait que bien souvent, leur table s'ouvrait à celui ou celle qui était venu leur rendre visite.

            Armand était sassenageois, Germaine est née un 21 juin, le solstice d'été qui correspond à la journée la plus longue de l'année, c'est le jour de ses 70 ans que la première édition de la fête de la Musique, se tiendra en France, une fête qui sera officialisée l'année suivante.

            Germaine avait gardé de Marseille, sa ville de naissance, cet accent chantant qui sent bon la Provence.

            Ils se sont mariés en 1931 et après les luttes de 1934 et le licenciement d'Armand, ils ont quitté Marseille pour revenir sur Sassenage en 1935. La fête du Travailleur Alpin venait de quitter le Pré des cuves pour un espace plus approprié.

            Ces luttes de 1934 à 1936 ont eu pour décor Marseille et la région grenobloise.

            Des luttes qui se sont poursuivies avec la guerre, Armand contraint de s'échapper pour ne pas subir le sort de son frère François, Germaine qui après le coucher des enfants, partait distribuer des tracts.

            A la maison c'était l'écoute de Radio Londres, aussi lorsque Germaine emmenait ses enfants à l'école, elle ne voulait pas de ce salut au drapeau de Pétain et des allemands.

            L'un et l'autre étaient des résistants et ils auront été les premiers à Sassenage à fêter la libération de la France.

            Après la guerre, Armand avait repris son métier de sculpteur sur bois, puis un emploi sur le tram, Germaine faisait des ménages.

            En 1946, Germaine est embauchée comme facturière à Valisère, très vite elle s'engage dans l'action syndicale, Armand sera lui embauché à Valisère en 1951, à la teinturerie.

            Militante communiste, militante syndicaliste, militante féministe au sein de l'Union des Femmes Françaises, telle était Germaine, la bagarreuse.

            Pour les femmes de Valisère, le couple Blumet, militants syndicaux, avec Armand jusqu'en 1969 et Germaine jusqu'en 1973 auront beaucoup apporté. Germaine, au sein du comité d'entreprise aura œuvré pour aider les femmes notamment à obtenir un jardin d'enfants, la première crèche d'entreprise.

            Entre le recensement de 1968 et celui de 1975, Sassenage était passé de 4 118 habitants à 7 021 habitants. Cette rapide évolution avait été mal maitrisée et en 1976, les impôts locaux augmentaient de plus de 50%, la cellule François Blumet allait entreprendre une vaste campagne de signatures de pétitions qui allait se traduire par des exonérations et dégrèvements de taxe d'habitation et dans le même temps, plus de 30 adhésions nouvelles au Parti communiste français: Armand et Germaine allaient jouer un rôle important, notamment auprès des anciens sassenageois.

            Lors de la campagne des municipales de 1977, malgré les accords nationaux, nous fûmes contraints de constituer notre propre liste conduite par Georges Mottin, et tout naturellement, Germaine faisait partie des 23 candidats, une liste qui réalisa 24,15% des suffrages au 1er tour, et s'unira avec la liste de Roger Deschaux. Germaine aurait pu être conseillère municipale, elle nous dira: je laisse ma place à des plus jeunes.

            Son implication, elle la portera au sein de l'Union nationale des retraités et personnes âgées.

            Germaine était comme cela, une battante qui privilégiait le collectif à l'individu.

            Je trouve que cette citation d'Aragon lui va très bien: " L'avenir de l'homme, c'est la femme. Elle est la couleur de son âme."

            C'est en 2002 que Germaine va quitter Sassenage pour la Cerisaie à Fontaine. Elle appréciait de conserver son autonomie dans un espace plus réduit. Lorsqu'avec Joseph Falco, nous allions lui rendre visite, son plus grand regret était de ne plus pouvoir lire, même avec une loupe. A chaque fois, nous pouvions déguster son vin de noix.

            En 2007, après l'ouverture de l'EPADH à Sassenage, elle ne pouvait plus être autant autonome, ce qui ne l'avait nullement empêché de s'inscrire pour représenter les résidents.

            Sur ces 11 derniers jours, Germaine ne pouvait plus parler; ses proches étaient privés de cette lucidité d'esprit qui la caractérisait tant.

            Ferrat chantait: " c'est un joli nom Camarade, c'est un joli nom tu sais, il marie Cerise et Grenade, aux cent fleurs du mois de mai".

            Camarade, ce nom te va si bien Germaine, presqu'un siècle au service des autres, merci ma Camarade.

             

            Partager cet article

            Repost 0

            commentaires

            Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -