Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil du Site

 

Visiteurs du Blogcompteur de visites html

 

 

https://www.facebook.com/trovero2017

 

 

Recherche

Sassenage à la Une

            19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 17:45

            cdna-grenoble.fr.gifCommuniqué de la Fédération de l’Isère du Parti communiste français

            Le Centre dramatique national des Alpes (CDNA), créé dans les années 60, est dirigé depuis 2008 par le metteur en scène Jacques Osinski. Il a ainsi pris le relais d’artistes renommés parmi lesquels Georges Lavaudant, Chantal Morel, Laurent Pelly.

            Il y a en France 33 CDN qui ont une mission de création et de programmation théâtrale d’intérêt public ancré dans un bassin de vie spécifique. Ils sont dirigés par des artistes.

            La disparition du CDNA qui serait absorbé par la MC2, aurait été décidée par le Ministère de la culture et la Mairie de Grenoble pour la fin de l’année 2013.

            Jacques Osinski aurait appris le 15 février dernier, lors d’un rendez-vous au Ministère de la culture, à la direction générale de la création artistique dont le nouveau responsable est Michel Orier, ancien directeur de la MC2, qu’il ne serait pas reconduit à la tête du CDNA qui allait se dissoudre dans la MC2 qui l’héberge.

            Rappelons que dans l’éditorial du programme de la saison 2008/2009, Michel Orier écrivait : « Trois artistes, trois disciplines, trois structures autonomes vivant dans une seule grande maison de production, c’est le socle du projet de la MC2 ».

            Une orientation confirmée ultérieurement, sur laquelle le nouveau directeur a été recruté et élu, et qui concernait le CDNA, le Centre chorégraphique national de Grenoble (Jean-Claude Gallotta) et les Musiciens du Louvre-Grenoble (Marc Minkowski).

            La méthode est donc plus que discutable, d'autant que les élus des collectivités ont, pour la plupart, appris ces faits par la presse.

            Outre cette interrogation sur un processus rien moins que démocratique, d’autres questions se posent sur le fond : peut-on croire que cette restructuration est sans lien avec les réductions des budgets culturels, l’amputation des crédits et des subventions ?

            Des réductions et amputations qui sont mises sur le dos de la « crise », mais, au-delà de l’austérité budgétaire, cette explication est bien commode aussi pour détruire ce qui a été construit dans le passé et qui a représenté une avancée démocratique dans le domaine de la culture, comme dans d’autres domaines.

            La nouvelle étape de décentralisation va-t-elle se traduire dans la culture par la mise à l’écart des artistes et leur remplacement à la tête des structures par des gestionnaires, chargés de proposer une offre de consommation culturelle en ayant en tête la productivité, la rentabilité, la compétitivité, la collecte du mécénat … ?

            Des gestionnaires concentrant tous les pouvoirs, les crédits et contrôlant la création artistique même ? Ces questions sont légitimes.

            La Fédération de l'Isère du PCF demande qu'un moratoire soit décidé, que le contrat de Jacques Osinski soit reconduit pour trois ans et que le temps soit pris de construire un projet avec toutes les parties concernées.

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Fédération Isère PCF - dans Actualités
            commenter cet article

            commentaires

            Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -