Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil du Site

 

Visiteurs du Blogcompteur de visites html

 

 

Recherche

Sassenage à la Une

            10 mars 2016 4 10 /03 /mars /2016 14:19

            Lorsque le rassemblement du 9 mars pour demander le retrait du projet de loi Travail, a été lancé, reprenant l'idée lancée par l'Union départementale CGT de l'Isère, j'avais relayé le mot d'ordre et plus si affinités.

            Fort heureusement, la CGT avait déposé un parcours pour une manifestation. Il y a eu quelques incompréhensions, un rassemblement de 12H à 14H et une éventuelle manifestation à 13H30, qui bien évidemment aura démarré avant l'heure, une première !

            Entre les 5 000 manifestant.e.s annoncé.e.s par la police et les 15 000 annoncé.e.s par les organisateurs et au moins une chaine de télévision, l'écart est de 1 pour 3.

            Dans la vidéo ci-dessous, chacune, chacun pourra faire son estimation, sur la fin, il manque encore plusieurs milliers de personnes (batterie déchargée) !

            Ensemble, nous avons vécu une manifestation inoubliable et d'un niveau nettement supérieur à celui qui s'est terminé en 2006 par l'abandon du Contrat Première Embauche (CPE) !

            Cette journée est un premier avertissement lancé à l’exécutif, il ne peut rester sourd devant l’inquiétude et les attentes qu’exprime une grande partie de la société.

            Dès le 14 mars, le gouvernement doit retirer son projet de loi actuel sur le code du travail et ouvrir de véritables négociations avec les organisations syndicales en s’appuyant sur les propositions réellement modernes et protectrices pour les salariés.

            L’engagement de milliers de jeunes, le niveau de mobilisation des salariés, le courant de sympathie que recueillent les nombreux arrêts de travail dans les entreprises et établissement avec des taux de grévistes importants à la SNCF, la RATP marquent la volonté et l’espoir d’inverser la logique d’une soumission programmée à la loi du marché, à la libéralisation du travail et de la société sous toutes ses formes.

            La loi El Khomri, n'est pas négociable !

            Ceux qui la soutiennent, ce sont les parlementaires de la droite, le MEDEF et le gouvernement Hollande/Valls/Macron et consorts.

            Alors que le code du travail est la base minimale de protection des salarié.e.s, pour Pierre Gattaz, le patron du MEDEF, "un retrait de ce texte serait dramatique pour le pays" (sic)

            Que faire ?

            La CGT appelle les salariés partout à rester attentifs, mobilisés et à se préparer au plus tard à réussir l’action du 31 mars prochain.

            C'est à dire, qu'avant cette date, il pourrait y avoir d'autres actions d'envergure.

            Le mouvement multiforme en construction, à la fois intergénérationnel et unitaire repose sur un rejet du projet El Khomri qui incarne un recul civilisationnel inédit mais aussi sur des volontés fortes de voir émerger des réponses concrètes aux revendications des salariés, des privés d’emploi, des retraités actuels et à venir.

            Cette journée d’action se situe également à un moment important où le gouvernement avec le patronat désirent peser négativement sur les négociations UNEDIC et liquider une partie des dispositifs de compensation des retraites complémentaires (AGFF). Aujourd’hui ils doivent changer d’orientations et prendre en compte le niveau de mécontentement et les propositions formulées par les syndicats.

            Dans le tract que le syndicat FO de la SEMITAG s'appête à distribuer, le mot d'ordre est clair: "Retrait sans condition de la loi "El Khomri", Grève et manifestation le 31 mars, ce projet est inacceptable." Depuis, c'est l'ensemble des organisations syncicales (CFDT, CGT, FO, SAPS) qui rejoignent le mouvement.

            Si Hollande – Valls ne retirent pas leur projet au soir du 31 mars, nous n’aurons pas d’autre choix que de durcir le conflit.

            • Faciliter les licenciements et précariser les salariés C’EST NON !
            • Renforcer les droits des travailleurs, améliorer leur protection sociale C’EST OUI !
            • Renforcer la flexibilité, mettre en cause la hiérarchie des normes  C’EST NON
            • Diminuer la durée du travail et augmenter les salaires C'EST OUI !

            Ce projet n’est ni amendable, ni négociable !

            Pour accueillir le flots de manifestant.e.s, le 31 mars à 10H, Place de la Gare à Grenoble, la tête du cortège démarrera Avenue Alsace Lorraine et l'arrivée se fera à l’anneau de vitesse (boulevard Clémenceau), avec après-midi festif et projection du film « Merci Patron » en nocturne et en plein air.

            Pour rappel, les autres manifs : 10h place de la République à Roussillon, 12h cinéma Mégaroyal à Bourgoin,14h30 Champ de Mars à Vienne.

             

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans Actualités
            commenter cet article

            commentaires

            Choix 31/03/2016 10:10

            Et si on s'y mettait tous à ne pas consommer au plus facile et au moins chèr mais à prendre en compte les conditions de production de nos achats pour ne pas favoriser les grande multinationales.....on en aurait moins dans nos placards mais on pourrait garder nos conditions de travail.
            Il est aberant de ne rien vouloir changer aux avantages du système français mais n'acheter que sur internet ou au moins cher (fait en Chine ou pays à bas cout).
            Les choix se font aussi tous les jours, ou alors il faut accepter que nos enfants travaillent chez Amazon ou pour Uber, si vous n'utilisez pas ses services nous pourront garder notre code du travail.
            cela demande un effort à tous, pensez y !

            Barrionuevo 01/04/2016 11:21

            Chaque jour le patron de Peugeot gagne 10 fois le montant de ma pension de retraite. Lui, ne doit pas consommer les produits les moins chers réservés aux petites gens. Comme 99% des français, j'aimerai avoir des produits fabriqués en France, mais le 1% a décidé de brader nos usines, notre savoir-faire pour faire encore plus de profits, ce 1% est farouchement pour la casse du Code du Travail, pour ma part je me battrai jusqu'au bout pour le Retrait du projet de loi El Khomri/Gattaz. Oui, il faut un nouveau code du Travail s'appuyant sur les progrès scientifiques et techniques qui abaisse la durée du travail à 32 heures, qui crée un système de sécurité-emploi-formation.

            Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -