Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil du Site

 

Visiteurs du Blogcompteur de visites html

 

 

Recherche

Sassenage à la Une

            3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 09:01

            Nous sommes contre la privatisation des barrages,
            Les candidat(e)s de la liste « l’Humain d’abord, avec la gauche républicaine et sociale » se prononcent contre la privatisation des barrages et pour un service public de l’énergie au service de tous.
            Nous venons d’apprendre que vendredi, sous l’effet conjugué des aspects cachés de la loi transition énergétique porte aux privatisations et des dernières injonctions de Bruxelles, la France serait mise en demeure par la commission européenne d’interdire à EDF de répondre aux appels d’offres lors du renouvellement des concessions hydrauliques. De plus, il faudrait remettre en cause celles attribuées depuis 1999 !
            Le modèle économique, industriel et social construit avec EDF depuis 1946, porté par le programme du Conseil National de la Résistance, est déjà mis à mal par la Loi de transition énergétique, qui confie l’exploitation des centrales hydroélectriques à des SEM où les collectivités locales ne sont assurées que de la minorité de blocage de 34%. Si de plus EDF était exclu du marché des concessions, on en reviendrait à la situation antérieure à la seconde guerre mondiale, et place nette serait faite aux< profits financiers. Il s’ensuivrait inéluctablement des hausses de tarifs conséquentes pour tous les consommateurs, la dégradation des services liés aux multiples usages de l’eau pour les collectivités (tourisme, irrigation, gestion des crues, soutien d’alimentation en eau potable, enneigement artificiel, etc…), des destructions d’emplois et des dégradations des conditions de travail pour les salariés directement ou indirectement concernés (services supports, maintenance, ingénierie, sous traitants locaux, etc…)
            L’hydroélectricité, énergie renouvelable qui représente 16% de la production française, peut en outre jouer un rôle nouveau appréciable dans la transition énergétique, avec les ouvrages réversibles (STEP) qui permettent l’indispensable stockage des énergies intermittentes, photovoltaïque et éolienne notamment. A la veille de COP21, est-il raisonnable de céder un peu plus les ouvrages hydrauliques à des multinationales dont on sait le peu de cas qu’elles font de la lutte contre le changement climatique, préférant spéculer sur le marché mondialisé de l’énergie ?

            La France ne doit pas se soumettre à ces nouvelles injonctions de Bruxelles.
            Les candidat(e)s de la liste « l’humain d’abord » les considèrent comme incompatibles avec l’accomplissement des nouvelles missions des régions en matière de service public et de transition énergétique. Ils demandent au Président de la République de les rejeter.
            Ils partagent l’émotion suscitée par ces annonces qui touchent un secteur stratégique de notre pays et affirment que d’autre choix sont possibles à l’image, par exemple, de l’Espagne ou de l’Allemagne qui ont su nationaliser tout ce qui touche le secteur de la gestion des ressources en eau en donnant du sens au service publique de l’eau et de l’énergie.
            Par ailleurs, au 1er janvier, entreprises (PME) et collectivités locales n'auront plus droit à la tarification dite « historique » puisque ce sera la fin des tarifs Jaune et Vert.
            Elles devront faire leur marché dans la jungle des fournisseurs privés qui ne sont pas, comme chacun le sait, des philanthropes, seulement des traders qui veulent faire un maximum de profit grâce à des spéculations sur le marché boursier de l’électricité. Voilà une affaire qui ne va pas arranger les comptes des collectivités locales déjà confrontés aux baisses de dotations et aux conséquences de la loi Nome qui vise a renchérir le cout de l’énergie.
            Les électeurs et électrices de notre région, bénéficiaires du service public de l’énergie, les agents d’EDF et les salarié(e)s de la filière énergie, menacé(e)s dans leur emploi et l’exercice de leur métier, peuvent exprimer leur opposition à ces mesures en votant au premier tour des élections régionales le dimanche 6 décembre pour la liste « L’Humain d’abord ». Chaque voix comptera pour porter des élus sur qui compter pour défendre le Service Public au sein d’une région qui représente 25% de la production électrique française et 1ère région en matière de production hydroélectrique.
            Les candidat(e)s de notre liste « l’Humain d’abord, avec la gauche républicaine et sociale » soutiennent toutes les mobilisations, dont celle du 4 novembre pour l’énergie (EDF, CNR, SHEM, etc..), des salariés pour la défense de leurs entreprises, leurs emplois et les missions de service public …

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par l'Humain d'abord - dans Régionales
            commenter cet article

            commentaires

            Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -