Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil du Site

 

Visiteurs du Blogcompteur de visites html

 

 

Recherche

Sassenage à la Une

            23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 12:42

            Le 17 septembre, j'ai reçu pour information un tract du syndicat FO de la SEMITAG, intitulé:

            LA VOLTE-FACE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL,
            LES SALARIÉS DE METRO/VÉLO EN DANGER

            Dans ce tract, il était mentionné que lors du dernier CE (mardi 15 septembre 2015) le Directeur Général avait informé les organisations syndicales que les salariés concernés devaient partir avec le nouveau gestionnaire (VELOGIK)
            Et FO de préciser: cette posture est inacceptable et provocatrice. Les salariés ne sont pas des objets qu’on déplace au bon vouloir de technocrates, sans se soucier de leur avis, de leur avenir et de tous ce qui en découle.
            Les demandes du syndicat FO :

            • Reclassement des salariés qui ne souhaitent pas quitter la SÉMITAG,
            • Pour ceux qui veulent suivre VELOGIK, des garanties écrites sur le niveau des salaires et des acquis pour toute la durée de la Délégation,
            • Et pour ceux qui ne feraient aucun choix, un départ négocié.

            Aujourd’hui les agents de METRO/VÉLO, et demain pourquoi pas vous ?
            Dans les prochains jours, un Comité d’Entreprise extraordinaire devrait avoir lieu afin d’éclaircir cette situation. Nous vous tiendrons informés de la suite à donner…
            Si la direction ne respecte pas les engagements qu’elle avait pris, un préavis de grève sera déposé. La participation et la solidarité de nous tous seront nécessaire et indispensable. À suivre...

            Lors d'une d'une Conférence de presse, les élus du groupe CCC «Communes, coopération et citoyenneté», présidé par Jean Paul Trovero annonçaient qu'ils voteraient contre cette privatisation.

            Partageant pleinement ce billet du blog de Nicolas Maury, je le reproduis tel quel :

            Privatiser les vélos, ça c’est écolo !

            En l'occurrence, ces derniers jours, les élus communistes de la Métropole grenobloise se sont retrouvés bien seuls à défendre le service public de qualité de gestion des vélos de l'agglomération, MétroVélo, et ses salariés.

            Jusqu'à présent c'était la Sémitag qui détenait le marché, une société d'économie mixte détenue à la majorité absolue l'opérateur public en charge des transports. Déjà dans les majorités socialistes précédentes, la Sémitag, qui gère aussi tout le réseau de bus, avait commencé à être vendue aux appétits du privé (Transdev).

            Aujourd'hui, c'est un nouveau pas de franchi, cette fois par une majorité PS/EELV/PG.

            La Sémitag vient de perdre la gestion du service de location de vélos au profit d'une entreprise privée Vélogik, installée à Lyon.

            Une privatisation qui coûte 500.000 € de plus que le Service Public…

            Or, le choix de ce nouvel exploitant interroge : Vélogik est plus cher de 500 000 euros (sur la tranche ferme) que la Sémitag et sous-calibrée par rapport au personnel et à son expertise : il faut être en capacité de gérer un parc de 5000 vélos. Nous n’irons pas jusqu’à soupçonner une éventuelle proximité politique entre les dirigeants de cette entreprise et les élus EELV, de la part de ceux qui ont si fortement dénoncés le « système Carignon », ça serait inconcevable…

            Sachant que les salariés vont être d'office transférés de la Sémitag à Vélogik, en quoi garantiront-ils un meilleur travail dans la nouvelle structure par rapport à l'ancienne ?

            De l'avis même de tous, le service rendu est excellent, MétroVélo étant positionné en 2nde position après Velib (vélos en location de Paris) et salué il n'y a pas si longtemps encore par celles et ceux qui aujourd'hui l'abandonne au privé sans état d'âme !

            Messieurs Yann Mongaburu, Vice-Président EELV aux déplacements et Christophe Ferrari, Président de la Métropole PS, expliquent qu’ils ont à cœur le devenir de ces salariés... C'est certain qu'ils bénéficieront des mêmes droits en passant d'un organisme public à une SARL privée. Qui peut croire cela ?

            Une telle politique venant du PS n’est pas surprenante, et même en cohérence avec les orientations gouvernementales d’Emmanuel MACRON : tout pour le privé, au détriment des usagers.

            Venant d’EELV, elle rappelle la véritable nature de cet appareil politique : un vernis de «Gauche», mais une orientation fermement libéral en pratique.

            Enfin, cet épisode confirme le constat déjà clair depuis la privatisation de GEG (service public local d’énergie) par la majorité grenobloise : le PG-Isère est désormais complètement satellisé par ses partenaires d’EELV, renvoyé à la position qu’occupe le PRG vis-à-vis du PS, un micro-appareil d’élus sans base militante et sans orientation propre. Bien loin des orientations du Front de Gauche…

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Barrionuevo - dans Actualités
            commenter cet article

            commentaires

            Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -