Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil du Site

 

Visiteurs du Blogcompteur de visites html

 

 

https://www.facebook.com/trovero2017

 

 

Recherche

Sassenage à la Une

            2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 06:37

            L'éditorial de Maud Vergnol dans le journal l'Humanité de ce 2 juin 2015:

            "Le couperet tombé avec la publication des chiffres du chômage, qui a battu de nouveaux records au mois d’avril, révèle pourtant l’étendue du désastre social et humain qui frappe notre pays.

            Cette réalité, que le gouvernement s’acharne à étouffer, mérite mieux que les ordonnances périmées du patronat, qui n’ont eu aucun effet sur la croissance et l’emploi. " La scène pourrait paraître burlesque s’il ne s’agissait pas de milliards d’argent public détournés : Pierre Gattaz affirmant ce week-end, toute honte bue, qu’il n’a jamais promis de créer un million d’emplois dans le cadre du pacte de responsabilité, tout en arborant au revers de sa veste son fameux pin’s siglé « un million d’emplois ».

            « L’égoïsme patronal pose problème aujourd’hui », a bien été obligé de consentir Jean-Christophe Cambadélis, alors que ses complices du gouvernement continuent d’accorder leurs violons avec le Medef, tout en simulant des gages à la gauche par électoralisme.

            Ainsi, après avoir lui-même allumé la mèche sur la possibilité d’un contrat de travail unique pour« lever les freins à l’embauche », Manuel Valls a finalement annoncé hier, qu’il ne toucherait pas au contrat de travail.

            Qu’importe, puisque le premier ministre a trouvé une nouvelle parade : faciliter les licenciements pour créer de l’emploi !

            Afin de rassurer les patrons qui continuent de pleurer la bouche pleine, « angoissés » qu’ils sont à l’idée d’embaucher, le gouvernement envisage donc de plafonner les indemnités prud’homales pour « sécuriser les licenciements ».

            Le couperet tombé hier avec la publication des chiffres du chômage, qui a battu de nouveaux records au mois d’avril, révèle pourtant l’étendue du désastre social et humain qui frappe notre pays.

            Cette réalité, que le gouvernement s’acharne à étouffer, mérite mieux que les ordonnances périmées du patronat, qui n’ont eu aucun effet sur la croissance et l’emploi. On ne compte plus les mesures qui, depuis trois ans, ont garni le tableau de chasse du Medef, quand des centaines de milliers de Français plongeaient dans l’extrême pauvreté.

            Le grand patronat, lui, ne paiera jamais sa dette. Mais l’addition pourrait s’avérer salée en 2017. Car bien que François Hollande s’en défende, on ne peut pas être aux petits soins avec l’oligarchie et mener une politique de progrès social.

            Dans le langage de la gauche, on appelle ça la lutte des classes.

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Maud Vergnol - dans Actualités
            commenter cet article

            commentaires

            Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -