Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil du Site

 

Visiteurs du Blogcompteur de visites html

 

 

https://www.facebook.com/trovero2017

 

 

Recherche

Sassenage à la Une

            16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 15:15

            Quarante ans après la loi Haby, le collège est le maillon faible de notre système éducatif. Parce qu’il aggrave les difficultés, il n’est pas le lieu de l’égalité des chances et de l’émancipation.

            A l’âge de la construction individuelle, de la quête d’autonomie, à ce moment charnière entre l’école et le lycée, le collège est un lieu de sélection, d’échec et de relégation pour un trop grand nombre de nos jeunes.

            Nous sommes, comme vous, attachés au collège unique qui ne peut pas être un collège uniforme. Mais à cet endroit, votre réforme pose un certain nombre de questions. Le resserrement des programmes autour du socle commun de connaissance et la suppression de 3 à 4 heures au profit des EPI (Enseignements Pratiques Interdisciplinaires) sont motivés par l’aspect supposé austère de l’enseignement des fondamentaux en opposition au caractère supposé ludique et donc attractif des enseignements pratiques.

            Cela est-il vraiment susceptible de lutter contre le décrochage scolaire ?

            Le rééquilibrage entre les enseignements fondamentaux et les EPI, assurera-t-il avec le même niveau d’exigence l’égalité entre ceux qui peuvent bénéficier de l’entrée dans les apprentissages de ces fondamentaux en dehors du système scolaire et ceux qui n’ont que l’école pour apprendre ?

            L’organisation des EPI en toute autonomie dans chaque établissement ne risque-t-elle pas de mettre en concurrence les matières tout comme les établissements entre eux, creusant de fait les inégalités sociales et territoriales ?

            Pour ceux qui comme nous considèrent avec un grand intérêt l’apprentissage des langues vivantes et anciennes, et qui regrettent qu’elle soit des moyens de sélection, l’objectif est de les rendre accessible à tous.

            La suppression des classes européennes et internationales au profit de la seconde langue en 5ème, tout comme la suppression des options latin et grec au profit d’une sensibilisation dans les EPI ne cachent-elles pas un manque de moyens incompatible avec l’objectif recherché ?

            En effet, la question des moyens ne peut être écartée.

            Les 4000 équivalents temps plein pour 7100 collèges nous paraissent dérisoires au regard des défis à relever. Enfin, grande absente dans cette réforme : les moyens pour la formation des enseignants, en particulier pour la formation continue comme le montre un récent rapport de la Cour des Comptes.

            Madame la ministre, je vous demande donc, comment, dans ce contexte, il sera possible d’assurer le développement d’un collège de haut niveau, adaptés à tous sur l’ensemble du territoire et permettant de lutter contre les inégalités et l’échec scolaire. Il s’agit d’une condition sine qua none pour que le collège devienne le terreau du développement des valeurs de la République.

            Patrick Abate sénateur communiste de Moselle

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par Patrick Abate - dans Actualités
            commenter cet article

            commentaires

            Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -