Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil du Site

 

Visiteurs du Blogcompteur de visites html

 

 

https://www.facebook.com/trovero2017

 

 

Recherche

Sassenage à la Une

            10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 13:59

            C’est désormais officiel : EADS, groupe européen aux 56 milliards d’euros de chiffre d’affaire pour 1 milliard d’euros de résultat net, au carnet de commande équivalent à une dizaine d’années de production, supprime des emplois.

            Sous couvert d’une restructuration de ses activités spatiales et de défense, le plan prévoit la suppression de 5 800 postes en France, en Allemagne, au Royaume-Uni et en Espagne, des licenciements secs ne sont pas exclus.

            es conséquences sur la sous-traitance, dont les entreprises sont moins médiatisées qu’Airbus, s’annoncent désastreuses bien que moins visibles. Au final, l’impact sur l’emploi se chiffre à plusieurs milliers de temps plein.

            Le silence du gouvernement français est coupable. Sa responsabilité dans la situation actuelle est largement engagée.

            • C’est lui qui a négocié en catimini le nouveau pacte d’actionnaire faisant passer le capital flottant de l’entreprise à 72% et supprimant le droit de veto des États.
            • C’est encore lui qui, en imposant la loi de flexibilité sociale découlant de l’ANI, a ôté aux grands groupes prospères leurs derniers scrupules face à l’emploi.

            Pourtant, l'État français, qui possède 12% du capital du groupe, pourvoyeur d’aides en tout genre et client majeur des entreprises, a la capacité d’intervenir sur les choix stratégiques de cette industrie structurante pour les peuples européens, essentielle pour leur souveraineté et leur sécurité.

            • Il doit intervenir avec force pour imposer que la croissance d’EADS profite à l’emploi, aux conditions de travail, aux salaires.
            • Il doit exiger que les bénéfices servent au lancement de nouveaux programmes répondant aux besoins des peuples et limitant leur impact sur l’environnement.

            A l’opposé des mirages libéraux dans lesquels se noient Tom Enders et le Conseil d’administration, la France doit augmenter sa participation au capital du groupe et poser ainsi les bases de la création d’un pôle public européen de l’aéronautique et du spatial, seul moyen d’échapper à la logique destructrice des marchés financiers

            Partager cet article

            Repost 0

            commentaires

            Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -