Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil du Site

 

Visiteurs du Blogcompteur de visites html

 

 

https://www.facebook.com/trovero2017

 

 

Recherche

Sassenage à la Une

            28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 08:13

            Le pdg de PSA a annoncé ce mercredi soir renoncer "aux dispositions actuelles" de sa retraite chapeau de 21 millions. Si le gouvernement a fait pression sur le constructeur auto français pour obtenir cette décision, il ne trouve rien à redire sur la pratique de ces retraites sur-complémentaires.

            Philippe Varin a cédé devant le tolé général. Non pas sur le principe de sa retraite chapeau, mais sur le montant actuel de sa rente viagère que la CGT a dévoilé: soit près de 21 millions d'euros. "J'ai décidé de renoncer aux dispositions actuelles de mes droits à retraite", a déclaré le président du constructeur automobile français au cours d'un point presse organisé au siège de PSA à Paris. "Je m'en remets au conseil de surveillance du groupe pour décider, quand le moment sera venu et après avis du Haut Comité de Gouvernement d'Entreprise (instance déontologique patronale, ndlr), des conditions appropriées de mon départ à la retraite", a-t-il ajouté.

            "Revoir" les "niveaux"

            Le pdg sortant de PSA Peugeot-Citroën donne ainsi satisfaction au gouvernement qui, une fois n'est pas coutume, avait envoyé ensemble deux de ses poids lourds pour éteindre l'incendie. Le patron de Bercy, Pierre Moscovici, et son homologue du Redressement productif, Arnaud Montebourg, se sont retrouvés côte à côte à la sortie du conseil des ministres pour demander à PSA de "reconsidérer sa décision, de la revoir".

            Dans la déclaration commune des deux ministres, point de remise en cause de l'existence même de ces retraites chapeaux. Mais un doute sur le niveau de la somme accordée. "On est là dans des niveaux inappropriés", a souligné le ministre de l'Economie. Arnaud Montebourg a ensuite brandi l'arme de la "garantie de l'Etat pour sa banque (de PSA) (...) à hauteur de sept milliards" d'euros et le tour était joué. Quelques heures plus tard, le pdg du constructeur automobile a plié. Mais n'a pas cédé sur le principe de sa retraite sur-complémentaire.

            Vraie législation

            On est loin d'une vraie législation mettant fin à ces retraites chapeaux somptuaires, dénonce Olivier Dartigolles pour le PCF. "Le patronat lui continue de se croire intouchable avec le soutien du ministre de l'Économie, Pierre Moscovici, invitant à une «autorégulation exigeante» pour les rémunérations patronales. Ce scandale n'a que trop duré. Il doit être mis fin à l'impunité patronale en terme de retraite et de rémunération"

            Partager cet article

            Repost 0
            Publié par l'Humanité - dans Actualités
            commenter cet article

            commentaires

            Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -