Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Accueil du Site

 

Visiteurs du Blog

compteur de visites html

Recherche

A la Une

Quels emplois, pour quelle société


 

6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 16:59

Ci-dessous notre profession de foi pour ces élections départementales du 22 mars 2015 dans le canton Fontaine-Vercors

Partager cet article

Publié par Barrionuevo - dans Fontaine-Vercors
commenter cet article
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 08:37

La Plateforme droits des femmes organise une déambulation le samedi 7 mars à 14h au jardin de ville, côté parvis des Droits de l'Homme contre la loi Macron, les politiques d'austérité et pour la solidarité internationale.

- Lien  pour visionner tract Plateforme

Partager cet article

Publié par Barrionuevo - dans Actualités
commenter cet article
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 21:33
Il a neigé sur Autrans, cela pourrait être le titre d'une chanson, mais ici nous ne voulons pas parler seulement des flocons, mais de ces multiples discussions sur le marché.
Certes, sur environ 300 journaux de campagne, les habitants de la localité étaient très minoritaires, la plupart venaient du Nord, de Picardie, de la région parisienne ou d'ailleurs.
Dans les conditions climatiques du jour, nous avons été surpris de rencontrer autant de personnes, de pouvoir nouer autant d'échanges pour faire reculer l'abstention, expliquer qu'à ce jour, le texte de loi qui définira les compétences des Conseil départementaux, n'a pas été voté et de rappeler qu'en ce qui nous concerne, nous militons pour que le département conserve la compétence générale.
Beaucoup de mots d'encouragements qui réchauffent, y compris dans le restaurant où nous nous sommes rassasiés et qui possède sur sa carte un menu ouvrier. Michel Barrionuevo avait laissé à Max, l'un des gérants de ce restaurant des 4 pages de la campagne de la liste "Résistance et Progrès pour en finir avec l'austérité", du coup, c'est Max qui incitera des habitués du village à donner leur avis et après discussion dira: ils vont tous voter pour vous!
Dans la réunion à Méaudre, la discussion est partie sur la question des gratuités: gratuité des transports, des premiers mètres cubes d'eau, d'un certain nombre de kilowatt/heure, en lien avec les solutions à apporter à la transition énergétique.

Partager cet article

Publié par Barrionuevo - dans Fontaine-Vercors
commenter cet article
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 09:11

L'ancien premier ministre de Boris Elstine et l'un des fers de lance de l'opposition à Vladimir Poutine, Boris Nemtsov, a été abattu de sang froid en plein Moscou, deux jours avant une importante manifestation à laquelle il avait appelé contre la politique du président russe.

Le ou les commanditaires ainsi que le ou les exécutants de ce meurtre, qui a tout d'un " contrat  ", restent encore à être identifiés bien que son mobile politique paraisse évident.

Le Parti communiste français condamne avec la plus grande fermeté l'assassinat de Boris Nemtsov, et souhaite que l'enquête puisse aboutir dans les plus brefs délais sur l'arrestation des responsables de ce crime, des hommes de main jusqu'aux donneurs d'ordre, et sur des poursuites judiciaires.

C'est un dû à l'ensemble de la société russe qui souffre déjà trop de carences et dénis démocratiques.

Partager cet article

1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 13:50
Résistance et Progrès pour en finir avec l'austérité, c'est une campagne qui accroche ! Malgré la pluie fine de ce dimanche 1 mars, les 4 candidats-es de notre liste ont tenu à marquer par leur présence cette initiative sur le marché Marcel Cachin de Fontaine.
La semaine dernière, nous étions présents sur le marché pour défendre la gratuité des transports publics dans l’agglomération et inviter au débat du 24 février.
Ce jour, pour aborder notre campagne, faire part de nos propositions nos 4 candidats, avec plus d'une douzaine de membres de notre comité de soutien ont tenu à marquer la différence, cela c'est largement vu !
Une personne de Sassenage a dit à Michel Barrionuevo: " je vais voter pour vous, je ne suis pas du tout de votre bord, ce sera un vote du cœur, avec tout ce que tu as fait depuis 40 ans, tu mérites largement d'être notre Conseiller départemental", ou bien ce message d'une électrice disant: " vous êtes les seuls à avoir un programme clair qui n'hésite pas à parler de la politique nationale et des combats à mener, moi, je ne demande qu'une chose être associée ! "
Les discussions  ont été passionnantes, comme ce couple de jeunes sassenageois disant qu'ils avaient voté pour le maire en place, qu'ils ne faisait pas de politique, d'où cette réponse de Michel Barrionuevo: " la politique est présente dans tous les actes de la vie, vous dites que vous n'en faites pas, pourtant chaque jour des choix sont faits et d'expliquer qu'en 2009, le maire de Sassenage, au nom de la politique familiale a décidé de faire baisser l'abattement à la base de 15% à 5%, ce qui s'est traduit par des hausses de la Taxe d'habitation de 13 à 23% pour les personnes isolées, en ménage ou avec un seul enfant, 5 ans plus tard, en augmentant les tarifs municipaux de 43 à 83%, c'est les familles qui sont taxées" . A la fin de la discussion, ce couple avouera qu'il n'avait pas vu les choses de cette façon là !
Autre discussion, le gouvernement actuel qui se dit de gauche, c'est pire que Sarkozy, je n'irai pas voter ! Et lorsque nous lui rétorquons que de ne pas aller voter, c'est favoriser le FN, suite à nos arguments, il dira, je vais encore réfléchir !
Et puis ce syndicaliste reprochant à l'une de nos candidate de ne pas être syndiquée, nous lui répondrons que nous sommes une liste de large rassemblement impliquant des militants et des citoyennes.
Ou encore ce retraité, ancien syndicaliste qui regrette qu'il n'y ait pas eu l'union la plus large de toutes les forces de gauche, il ne fera d'appel à voter pour personne, il reconnait que la politique nationale nous conduit à l'impasse, il reproche la fin de la gratuité des transports du SMTC pour les plus de 65 ans, en parlant de gâchis !
Hier, nous étions au forum de la désobéissance à Fontaine, aujourd'hui nous avons diffusé plus de 600 journaux de campagne, ouvert de nombreuses pistes de réflexions, et notre liste d'appel au soutien s'élargit, il nous reste encore 20 jours avant ce premier tour, nous sommes motivés pour faire reculer l'abstention et gagner une à une les voix.

 

Partager cet article

Publié par Barrionuevo - dans Fontaine-Vercors
commenter cet article
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 21:09

Tout d’abord, un grand merci à chacun pour avoir répondu favorablement à notre invitation pour l’inauguration de ce local qui est devenu notre local de campagne depuis le 16 février, je salue la participation de Yannick Boulard, maire honoraire de Fontaine.

Nous sommes à 24 jours du premier tour de ces élections départementales, 24 jours où nous allons nous déployer pour faire mentir les sondages, 24 jours pour mener une campagne offensive ; 24 jours pour faire reculer la désespérance qui se traduit bien souvent, par le vote FN.

Oui, 24 jours pour appeler dans ce canton de Fontaine-Vercors à la Résistance et au progrès pour en finir avec l’austérité imposée !

Nous ne sommes pas les candidats qui se dissimulent derrière des appellations pour faire oublier les partis dont ils ou elles sont issus-es, nous sommes les candidats présentés par le Parti communiste français, membre du Front de gauche.

Notre programme est un appel constant à la lutte, rien de beau et de durable ne peut voir le jour, sans l’engagement de femmes et d’hommes qui résistent et se battent pour faire progresser la société.

Le fameux calendrier des réformes qui sont imposées, découle de directives européennes, pour façonner l’Europe selon le critère de la concurrence libre et non faussée, ce qui en clair signifie d’imposer l’austérité, les sacrifices et les privations.

Ces politiques de droite, quel que soit le chef d’orchestre, nous mène dans le mur, comme cela s’est passé en Grèce, en Espagne, dans d’autres pays !

Ce mur, c’est le mur de l’argent, où d’un côté une poignée de privilégiés s’enrichissent à outrance, tandis que l’essentiel du peuple est appelé à se serrer la ceinture.

Le vote, le 22 mars pour notre liste, sera celui qui enverra un message clair, un message d’espoir, un message de rêve.

Comme nos aînés, qui il y a 70 ans et plus se sont engagés dans la lutte contre la barbarie nazie, le pétainisme et ont écrit un programme nommé « les jours heureux », nous serons les dignes héritiers du Conseil national de la Résistance.

Ce rêve, leur rêve a donné la Sécurité sociale, les congés payés, des droits nouveaux aux travailleurs, le droit de vote des femmes, les nationalisations et les Services publics. Comment, ce qui a été possible dans un pays, hier ruiné, aujourd’hui ne serait plus possible ! Le signal que renvoie la loi Macron, c’est cela, le retour en arrière, vers le début du siècle dernier.

Depuis des décennies, les actions gouvernementales ont remis en cause, les avancées gagnées par nos aînés. Si ces reculs ont été possibles, cela est dû à l’affaiblissement de la force essentielle porteuse de ces avancées : les communistes !

Vivre de plus en plus mal, n’est pas inéluctable ! Nous avons à travailler pour que ces colères ne se trompent pas de cible, mais pour qu’elles se traduisent par la mise en œuvre d’une autre politique.

Une politique qui s’attaque aux profits financiers, aux gâchis. Les collectivités locales qui assument 72% des investissements dans notre pays, doivent refuser d’être pressurées. Ce lundi, au cours du débat d’orientations budgétaires de la commune de Sassenage, Monsieur Coigné expliquait que les reculs des dotations d’État, n’étaient pas des désengagements, mais le résultat de rééquilibrages. N’en déplaise au maire de cette commune, nous refusons l’austérité !

Dans notre programme, nous avons mis en avant la question du développement et de la gratuité des transports, la gratuité est-ce une utopie ? Non, c’est une avancée écologique et sociale ! Le rêve de la gratuité a été possible à Aubagne parce qu’il y a eu une volonté politique. Lorsque la première ligne de tram reliant Fontaine à Grand’Place a été mise en œuvre, l’État a participé à hauteur de 50%, aujourd’hui, les participations ont été réduites comme peau de chagrin.

S’attaquer au niveau national à tous les détournements d’argent qu’ils soient sous la forme de réductions de cotisations, de cadeaux au grand patronat, sans lien avec l’emploi, de la taxation des actifs financiers au même niveau que ceux imposés aux salariés, doivent permettre de répondre aux besoins de la société.

Dans les 24 jours à venir, le résultat que nous obtiendrons sera lié au nombre de femmes et d’hommes, avec qui nous serons en contact pour les gagner à aller voter et à voter dans le sens de la défense de leurs intérêts.

L’abstention et notamment l’abstention de gauche, est nuisible aux intérêts des populations. Ce réflexe de dénonciation de la politique gouvernementale, sera beaucoup plus efficace, s’il se tourne en vote positif, pour la liste porteuse d’espérance, celle qu’avec Muriel Chaffard, Pierre Martin, Antoinette Chaninet, nous présentons !

N’hésitons pas à nous tourner vers nos amis, nos voisins, nos familles pour éclairer les débats, gagner une à une les voix qui empêcheront le bleu marine d’être qualifié pour le second tour, nous sommes disponibles pour apporter un nouveau souffle sur ce canton.

Élu-e-s, nous privilégierons la démocratie et nous rendrons compte en permanence de nos actions, pour rapprocher l’élu-e et la citoyenne ou le citoyen. Comme, je l’ai dit précédemment, rien ne s’obtiendra sans luttes. Lorsque nous ferons le bilan de chaque avancée, ce ne sera pas pour dire, vos Conseillers départementaux ont obtenu ceci ou cela pour le canton, chaque avancée sera le fruit d’une action collective, c’est en tout cas, notre conception du mandat d’élu.

Le repli ou la frilosité, ce n’est pas notre choix, nous sommes pour le rassemblement, un rassemblement sur la base de valeurs partagées !

Si nous sommes, des dizaines aujourd’hui, très vite des centaines, voire des milliers partageant la même vision de la mission à accomplir, et bien, ensemble, nous pourrons gagner !

Partager cet article

Publié par Barrionuevo - dans Fontaine-Vercors
commenter cet article
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 07:46

Samedi 28 février est organisé à Fontaine le « IVème Forum national de la désobéissance citoyenne » (cf. ci-après). Journée à l’initiative de Jean-Paul Trovero (maire de Fontaine) et de Paul Ariès [revue les Zindigné(e)s].

Une quinzaine d’intervenants, un village associatif, un banquet désobéissant, des spectacles....

Lieu de partages et d'échanges, ce forum aura pour thème : « À quoi rêvent les milieux populaires ? »

IVe Forum National de la Désobéissance Citoyenne

Lieu de partages et d’échanges, ce forum aura pour questionnement « A quoi rêvent les milieux populaires ? ». Il entend rendre visible l’invisible, en témoignant de la vivacité et de la diversité des cultures populaires, en valorisant leurs richesses que sont les biens communs, les services publics et l’éducation populaire.

Nous accueillerons ce samedi 28 février 2015 à Fontaine, des personnes venues de toute la France, de l’étranger et d’ici bien évidemment. Car ce forum sera aussi l’occasion de mettre en lumière toutes les luttes locales et les relayer au niveau national.

Aussi, nous invitons les acteurs locaux de la Ville de Fontaine et de l’agglomération grenobloise, associations et citoyens, à participer à cette initiative sous toutes les formes : interventions (orales, artistiques …), animations, ateliers et/ou stands.

Nous vous attendons nombreuses et nombreux pour partager ensemble nos expériences et notre soif de résistance. Résistances d’hier, d’aujourd’hui, de demain.

Site officiel des Forum : ladesobeissance.canalblog.com

Partager cet article

Publié par Barrionuevo - dans Actualités
commenter cet article
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 13:50

Conseil municipal du 23 février 2015 – l'intervention de Michel Barrionuevo

Monsieur le Maire,

Le débat d’orientations budgétaires est obligatoire, c’est donc pour cela qu’il figure à notre ordre du jour.

Mais, un débat d’orientations budgétaires, sans aucune prospective, sans un minimum d’éléments du réalisé de 2014, ce n’est pas très sérieux !

L’étude attentive de ce long texte dont nous devrons prendre acte porte pour l’essentiel sur les orientations nationales, l’Europe et les différentes lois, y compris la loi NOTRe sur la répartition des compétences, dont les débats reprendront à l’Assemblée nationale le 2 mars.

La baisse de la Dotation Globale de Fonctionnement sur 2014 est évaluée à 295 065€ et 403 155€ sur 2013, pour notre commune.

Un élément important ne figure pas dans ce projet, c’est celui qui a trait au choix de la banque suisse de mettre fin à son taux plancher qui était de 1,20 CHF pour 1 euro, depuis la mi-janvier. Quelles seront les évolutions au 15 décembre : seront-elles voisines des 0,9812 CHF du 25 janvier 2015 faisant passer l’intérêt annuel à 1 034 970€, pour 4 millions de capital restant dû ou de celle du 20 février à 1,0681 CHF qui représente tout de même 800 688€ d’intérêts.

De telles incertitudes sur l’emprunt toxique que vous avez souscrit en mars 2007, sur la base du mot anglais (to fix qui signifie à fixer, avec une échelle de calcul précise) et pas une ligne sur cet élément majeur a de quoi surprendre ?

Depuis le 1er janvier, nous sommes entrés dans la métropolisation, et pas le moindre bout de tableau sur les compétences transférées qui se traduiront par des charges diminuées pour la commune, mais aussi par la même réduction de dotation de compensation, charges et réduction qui resteront pérennes.

Opération blanche, pas tant que cela, selon que l’agent transféré aura plus ou moins d’ancienneté et sera remplacé à son départ à la retraite par un plus jeune.

Dans le précédent mandat, je faisais partie de la commission d’accessibilité qui avait relevé des points noirs concernant certains trottoirs, y compris au droit d’une construction récente de logements sociaux sur l’avenue de Romans, le DOB indique que le nécessaire a été fait, pourtant je n’ai pas vu de changements notoires, le poteau est toujours à la même place.

Comme les années précédentes, je m’inscris en faux sur l’affirmation selon laquelle nous serions dans la 11ème année consécutive sans augmentation des impôts communaux. Pas de hausse des taux mais un changement important introduit par une délibération du Conseil municipal du 24 octobre 2009 qui s’est traduit pour les personnes seules et les ménages sans personne à charge par des hausses variant de 13 à 23%.

Dans le débat d’Orientations Budgétaires de l’année dernière, la formulation utilisée était : création des vestiaires du terrain synthétique Patrick Molinaro. Création voulait dire étude, cette année l’affirmation est : Sassenage devrait en outre voir son parc bâti enrichi de deux équipements, des vestiaires pour les sportifs aux Iles, et des tennis couverts.

Sur ce dernier point, je rappelle que le Conseil municipal du 21 octobre 2002, c'est-à-dire, il y a presque 12 ans et demi avait voté à l’unanimité la réalisation de tennis couverts en 2003, je dirai, enfin !

Réponse du Maire: "Je ne suis pas comme certains qui parlent de désengagement de l'État. Avec mon équipe, nous anticipons. En changeant les bases, nous avons remodulé la fiscalité en faveur des familles, vous nous le reprochez. Aujourd'hui, nous sommes dans l'équité puisque les familles paient les services, c'est un rééquilibrage qui permet que 50% de la charge des services soit payée par le contribuable et 50% par les familles. Il est normal que ce soit celui qui profite des services qui paie. Nous sommes fiers de dire que nous arrivons à assainir nos finances. Nous provisionnerons les intérêts dans le budget de la même somme que l'an dernier: si nous gagnons le procès contre Dexia, ce sera le jackpot pour les sasssenageois, si nous perdons, les provisions auront été constituées. Nous avons réalisé tous nos engagements, vous ne pourrez citer un seul exemple d'engagement non tenu, y compris sur la mobilité ! " (sic)

Partager cet article

Publié par Barrionuevo - dans Sassenage - Réagir
commenter cet article
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 08:14

Ce mardi 24 février 2015, Annie David, Sénatrice communiste de l'Isère, était l'invitée de Nicolas Crozel, sur France Bleu Isère, à 7h50.

 

 

Partager cet article

Publié par Barrionuevo - dans Isère
commenter cet article
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 10:18

Ci-dessous, le texte intégral de l'introduction de Annie David, sénatrice communiste de l'Isère:

Ces élection départementales sont d'une très grand importance, tant pour ses enjeux locaux liés à la vie quotidienne de nos concitoyennes et concitoyens, que par ses enjeux nationaux.

Ainsi, au gouvernement et au Parti socialiste, on attend de savoir si la sanction des élections municipales se répète ; et à l’UMP, c’est la même chose, mais dans la perspective du gain de nombreux départements, annonciateur, de mon point de vue, d’une aggravation de la situation économique et sociale de leurs habitantes et habitants.

 Bref, une France toute bleue après une France toute rose ou presque !

Avec en plus, cette fois, des taches noires, toute noire, celles laissées par le Front National qui entend utiliser les élections départementales pour poursuivre son implantation locale et faire grandir l’idée qu’il est prêt à assumer des responsabilités nationales.

Voilà tout l'enjeu de ces élections, et notre volonté est bien de combattre la droite et ses idées libérales, et bien sûr de combattre l'extrême droite et ses idées nauséabondes ; notre volonté est bien de faire gagner la gauche !
Pour autant, il ne s’agit pas de se raconter des histoires ni non plus d’en rajouter sur les méfaits de la politique gouvernementale.

Une politique qui tourne le dos aux idéaux de la gauche, qui accepte et participe aux injonctions d’une Europe ultralibérale, qui sert avant tout les intérêts du patronat et n’écoute ni les travailleurs, ni les retraité-e-s, ni les jeunes, ni même ses parlementaires et le 49-3 sorti cette semaine à l'Assemblée Nationale par Manuel Valls en est une démonstration brutale !   

Mais comme nous, nos ami-e-s, nos voisin-e-s, nos collègues de travail savent cela, vivent cela douloureusement, et peut-être plus encore que nous, cette politique les déçoit et comme nous, elles et ils la condamnent.

Aussi, nos candidatures et la campagne que vont mener nos candidates et candidats, doivent permettre une prise de conscience populaire que d’autres choix sont possibles, qu’une alternative et le rassemblement des citoyennes, des citoyens et des forces nécessaires pour l’imposer sont des objectifs crédibles.

Nous n’en sommes pas là, certes, et il n’y a pas non plus de modèle qu’il suffirait de copier.

Prenons par exemple, la victoire de nos ami-e-s de Syriza en Grèce ; certes elle nous réchauffe le cœur et nous emplit d’espoir et nous voulons, en France et dans toute L’Europe contribuer à faire réussir le projet d’alternative à l’austérité du gouvernement Grec ; mais n'oublions pas que cette formidable victoire est celle des grecs, obtenue dans les conditions spécifiques de ce pays avec des institutions et un système politique eux aussi spécifiques et donc différents du nôtre.

Ce qui nous rassemble, c’est que nous avons en commun notre opposition à une austérité qui ravage tout, l’ambition de refonder l’Europe et pour ce faire, la confiance dans la force des peuples et dans la démocratie.

C’est déjà beaucoup !

C'est la raison pour laquelle les communistes de l'Isère ont accepté de se rassembler à d'autres forces de gauche, pour ensemble combattre les politiques d'austérité. Pour les communistes, ce rassemblement est une démarche pour l'avenir, un outil à la disposition de notre peuple pour enfin participer à la construction d'un autre avenir. Ce rassemblement répond aux attentes légitimes des femmes et des hommes aujourd'hui inquiet-e-s pour leur avenir et en colère par la politique menée par un gouvernement pourtant socialiste.

Les mêmes forces de gauche se sont d'ailleurs retrouvées au niveau régional pour initier la même dynamique.

Néanmoins, devant l'impossibilité d'aboutir à un large rassemblement de l'ensemble des forces de gauche iséroises pour cette échéance départementale et bien qu’aucun accord n’ait été signé par la fédération du parti communiste français de l’Isère avec aucune organisation politique, les communistes de l'Isère réaffirment que ce rassemblement a du sens, qu' il est nécessaire car il est un véritable outil de victoire de la gauche, face à un PS en mauvais posture mais surtout face à la droite et au danger de l'extrême droite, pour porter ensemble une véritable alternative démocratique et républicaine, basée sur une politique sociale, solidaire et écologiste.

C'est la raison pour laquelle je ne partage pas du tout l’opinion selon laquelle avoir un conseil général dirigé par la gauche, comme avec nos camarades dans L’Allier ou dans le Val de Marne ou comme ici en Isère par un socialiste, avec des communistes en nombre, ce serait la même chose que s’il était dirigé par la droite.

Dans aucun domaine ce n’est la même chose.

Avec la droite, toutes les décisions sont prises au nom du libéralisme pour favoriser le haut de la société, les promoteurs et spéculateurs de tout poil.

Avec la gauche, nos élu-e-s s'efforceront, non sans difficultés et insuffisances bien sûr, de prendre en compte l’intérêt général et le plus grand nombre des Iséroises et des Isérois.

Evidemment ce serait mieux si les électrices et les  électeurs  nous donnaient une plus grande influence. Et pas pour écraser les socialistes, ou qui que se soit d'autre à gauche. L’enjeu est ailleurs.

L'enjeu, c'est avant tout d'écraser l’austérité et le chômage, l’avenir bouché pour les jeunes ; c'est écraser les injustices, le surendettement qui frappe tant de familles, la sous rémunération du travail ouvriers et paysans, l’insupportable insuffisance des retraites, et mettre fin a la destruction de nos services publics de proximité, je pense à la poste notamment...

Ce que nous voulons c’est que nos idées de solidarité, de respect, de tolérance, d’ouverture, face à la droite et à l’extrême-droite, imprègnent davantage la politique du département.

Oui, ce que nous voulons avant tout c’est que la vie des habitantes et des  habitants s’améliore, que les enfants et les jeunes puissent avoir un espoir et  un avenir, des rêves  à la mesure de ce que pourrait offrir une société développée comme la nôtre :

- Partage des richesses et nouvelle manière de les produire c'est-à-dire un nouveau cadre de développement écologique ;

- Partage des savoirs donc l’accès a l’éducation et la culture pour toutes et tous ;

- Partage des pouvoirs c'est-à-dire la démocratie poussée le plus loin possible.

Aussi, dans cette campagne, les communistes et leurs partenaires, seront les militantes et les militants de  LA LIBERTE , de L’ÉGALITE, de LA FRATERNITE .

Mais quel sens a l’Égalité quand l’État, garant de l’unité et de l’indivisibilité de la République, prévoit de délaisser ses compétences au profit de « méga régions » commandées par l’Union européenne pour satisfaire aux besoins insatiables de la guerre  économique et des commis de la finance ? Quel poids aura un département rural face aux métropoles qui produiront, nous dit-on, 60% de la richesse nationale ? Quelle garantie pour l’égalité d’accès des citoyennes et des citoyens aux services publics, à l’emploi, à la formation ?  

Quel sens a la Liberté quand 5 millions de nos concitoyennes et concitoyens sont privé-e-s d’emploi, que 9 millions vivent en dessous du seuil de pauvreté, quand les aspirations populaires sont étouffées par des impératifs comptables, quand M Juncker déclare qu’ « il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens » ? Ces mêmes traités qui ont été imposés aux Etats contre la volonté des peuples, rejetés ici comme en Irlande ou au Pays-Bas !

 Quelle valeur a la Fraternité quand tout pousse à nous méfier du voisin, à cause de sa religion, de sa couleur de peau. Quand les travailleurs les plus pauvres et les chômeurs sont opposés à celles et ceux qui parviennent tant bien que mal à sortir la tête de l’eau ?

Aussi, nos candidates et candidats, et toutes et tous les communistes auront à cœur, à travers ces élections départementales, de remettre sur ses pieds l’idéal républicain, de redonner un sens concret aux valeurs républicaines.

 Car s’il y a bien une institution dont l’existence même est liée à la République, c’est le département. Espace de solidarité promoteur des politiques sociales en direction des salarié-e-s, de la petite enfance et de la jeunesse, du handicap et des personnes âgées, le département est surtout le garant irremplaçable de l’égalité républicaine sur l’ensemble du territoire.

D’où l’importance d’élire des conseiller-ère-s départementaux communistes et progressistes et des conseiller-ère-s départementaux qui, à leurs côtés, refusent l’austérité.

Les familles populaires vont en avoir rudement besoin, car il va falloir redoubler d’efforts pour défendre pied à pied les politiques publiques menées par notre département mais aussi les services publics de proximité, qui font l’objet d’une attaque sans précédent à travers les feux croisés de la réforme territoriale et de l’austérité généralisée.

Au début de mon propos, j’ai évoqué ce que les autres forces politiques attendaient du scrutin de mars prochain. Pour nous, communistes et apparenté-e-s, ce scrutin est une étape qui compte dans la rude bataille en cours pour la relance de notre économie, pour offrir une perspective à la jeunesse, pour développer les services publics et défendre les biens communs contre l’accaparement capitaliste.

De plus, il permettra de mesurer le poids des forces anti-austérité partout dans le pays pour dessiner l’indispensable convergence des progressistes et des écologistes qui luttent contre les règles absurdes de l’austérité érigée comme politique et qui souhaitent transformer cette société gangrénée par l’argent roi.

Ce scrutin permettra ainsi d'amorcer l’alternative républicaine et sociale que les communistes veulent participer à construire !

 

Grenoble le 20 février 2015

Partager cet article

Publié par Barrionuevo - dans Isère
commenter cet article
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -